Le syndicat du personnel de soutien de la commission scolaire des Hautes-Rivières recommande à ses membres de ne pas voter pour les libéraux de Jean Charest lors des élections du 26 mars.

Karine Blanchard

Le syndicat du personnel de soutien de la commission scolaire des Hautes-Rivières recommande à ses membres de ne pas voter pour les libéraux de Jean Charest lors des élections du 26 mars.

"Ce gouvernement improvise en éducation", a affirmé hier en conférence de presse Jacques Lanciault, vice-président du regroupement qui représente environ 900 membres, notamment à Saint-Paul-d'Abbotsford, Saint-Césaire et Ange-Gardien.

Selon le syndicat affilié à la CSN, les enfants éprouvant des besoins particuliers ne sont pas bien encadrés dans les services de garde puisqu'aucun spécialiste n'y travaille.

"L'élève qui a un problème n'arrête pas d'avoir sa difficulté quand la cloche sonne. Il faut des ressources pour que ces enfants puissent fonctionner dans le service", clame M. Lanciault.

Le regroupement affirme que les techniciens en éducation spécialisée sont moins présents auprès des élèves en difficulté depuis qu'ils bénéficient d'une heure et demie par semaine pour la préparation de leurs activités.

Cette mesure s'inscrit dans la réforme scolaire amorcée en 2000 et qui s'est poursuivie sous le règne du gouvernement libéral de Jean Charest. Toutefois, le gouvernement n'aurait pas prévu les sommes nécessaires pour éviter que les services aux élèves n'en soient affectés, selon le syndicat. Le temps de préparation des techniciens en éducation spécialisé est donc déduit de celui accordé aux jeunes.

Les élèves passent 27 heures par semaine à l'école. Les élèves en difficulté sont en présence d'un travailleur spécialisé pendant 24 heures et demie, ce qui signifie qu'ils sont laissés à eux-mêmes le reste du temps, affirme le syndicat.

"Jusqu'à maintenant, je ne suis pas très satisfait de la campagne électorale", ajoute Yves Fortin, président du syndicat du personnel de soutien de la commission scolaire des Hautes-Rivières.

Bien que le syndicat suggère à ses membres de ne pas voter pour les libéraux, il ne leur propose aucun choix pour le jour du scrutin.