Pour la première fois, le réseau de la santé a rencontré le milieu de l'agriculture, lors d'un Colloque sur la santé rurale, qui a réuni à Drummondville près de 250 participants, dont une cinquantaine de producteurs désireux de mettre en lumière la dure réalité des familles agricoles d'aujourd'hui.

Jean-Pierre Boisvert

Pour la première fois, le réseau de la santé a rencontré le milieu de l'agriculture, lors d'un Colloque sur la santé rurale, qui a réuni à Drummondville près de 250 participants, dont une cinquantaine de producteurs désireux de mettre en lumière la dure réalité des familles agricoles d'aujourd'hui.

"Le moment est venu pour les ressources d'aide du réseau de la santé de se rapprocher des agriculteurs, dont plusieurs traversent une période noire. Ils consultent peu et lorsqu'ils le font, le problème a déjà atteint un stade critique. La santé de l'entreprise passe avant leur propre santé. Lorsque l'entreprise s'effondre, c'est un univers qui s'écroule, et toute la famille est écorchée au passage", estime Maria Labrecque Duchesneau, directrice de l'organisme Au Coeur des familles agricoles (ACFA), spécialisé en relation d'aide.

L'ACFA a choisi avec soin le thème de ce colloque: Mieux connaître l'agriculture, pour mieux comprendre l'agriculteur et sa famille. "C'est rendu très difficile, spécialement dans l'industrie porcine, de faire rouler une entreprise familiale. Avec la fermeture d'Olymel, l'incertitude règne dans ce milieu, une incertitude qui tue. Quand un producteur se trouve devant une incapacité de payer, c'est tout un monde qui s'écroule, incluant la déception de ne pouvoir rencontrer l'obligation morale de céder une entreprise en santé à la génération suivante", fait valoir Mme Labrecque Duchesneau, également intervenante psychosociale.

Texte complet dans La Tribune de mardi.