Le groupe automobile américain Ford (F) étudie l'éventualité de céder sa filiale suédoise Volvo, alors qu'il avait précédemment affirmé que la marque n'était pas à vendre, affirme dimanche le Wall Street Journal sur son site internet.

Agence France-Presse

Le groupe automobile américain Ford [[|ticker sym='F'|]] étudie l'éventualité de céder sa filiale suédoise Volvo, alors qu'il avait précédemment affirmé que la marque n'était pas à vendre, affirme dimanche le Wall Street Journal sur son site internet.

Aucune décision n'a encore été prise et une source proche du dossier a indiqué au quotidien financier que la réflexion sur Volvo était à un stage très peu avancé.

De plus, un porte-parole du groupe américain a affirmé au Wall Street Journal que Ford ne menait des discussions avec aucune entreprise dans l'optique d'une vente.

Mais selon une autre source proche du dossier, l'idée d'une vente fait son chemin et elle est aujourd'hui considérée en interne comme ayant 50% de chances d'aboutir, ajoute le quotidien.

Ford avait indiqué à la mi-juin qu'il «étudiait activement» toutes les options stratégiques pour ses filiales de luxe britanniques Jaguar et Land Rover, sans exclure une vente, mais il avait indiqué que cette prospection ne s'étendait pas à sa filiale Volvo.

Un porte-parole avait assuré que le groupe «n'est pas aujourd'hui en discussions avec BMW ni avec aucun autre» à propos de sa filiale Volvo, écartant des spéculations à ce sujet.

Pour les analystes, la vente de ses marques de luxe apporterait une bouffée d'air frais à Ford qui est en pleine restructuration aux États-Unis. Le groupe a enregistré une perte nette de 12,6 G$ US en 2006.