Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a déposé un rapport favorable à la construction d'un oléoduc passant à une centaine de mètres de l'emprise d'Hydro-Québec, entre Lévis et de Boucherville.

Yanick Poisson

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a déposé un rapport favorable à la construction d'un oléoduc passant à une centaine de mètres de l'emprise d'Hydro-Québec, entre Lévis et de Boucherville.

Selon l'organisme, le pipeline est un moyen de transport avantageux par rapport au transport maritime ou ferroviaire, du fait qu'il permet d'acheminer 100 000 barils de pétrole par jour, qu'il est plus sécuritaire et qu'il émet moins de gaz à effet de serre.

Pour ce qui est du tracé choisi par Pipeline St-Laurent, le BAPE a indiqué qu'il trouvait les critères de sélection pertinents, qu'il avait été dessiné loin des zones urbaines et à proximité d'un corridor déjà existant.

Cette décision ne convient évidemment pas à l'Association des propriétaires privés agricoles et forestiers (APPAF). Le président de l'association, Mario Chrétien, refuse de baisser les bras et il compte maintenant présenter son tracé alternatif à la Commission de protection du territoire agricole.