Le voyagiste montréalais Transat (T.TRZ.A) a augmenté ses revenus trimestriels de 15%, malgré la forte concurrence qui règne dans le secteur du voyage.

Didier Bert

Le voyagiste montréalais Transat [[|ticker sym='T.TRZ.A'|]] a augmenté ses revenus trimestriels de 15%, malgré la forte concurrence qui règne dans le secteur du voyage.

La société a enregistré des revenus de 911,4 M$ au cours de son deuxième trimestre terminé le 30 avril, contre 791,6 M$ un an plus tôt.

La marge est en recul, avec 63,2 M$, contre 68,5 M$ en 2006, soit une baisse de 7,7 %.

Le bénéfice net trimestriel s'est établi à 53,9 M$, ou 1,58 $ par action sur une base diluée, comparativement à 42,8 M$ en 2006 ou 1,24 $ par action sur une base diluée.

En Amérique du Nord, les revenus ont augmenté de 13,1 % pour le trimestre. En Europe, la croissance a été de 26,3 % sur la même période. En 2006, l'ouragan Wilma, qui s'était abattu sur la région de Cancun, avait perturbé le début de saison.

«Nous avons réussi à augmenter nos parts de marchés, bien que cela ait eu,

comme prévu, un impact sur nos marges, alors que le domaine du voyage demeure hautement concurrentiel au Canada» a commenté le PDG de Transat, Jean-Marc Eustache.

La croissance du bénéfice s'explique par l'adoption de nouvelles normes comptables, entraînant un gain non monétaire sur instruments financiers dérivés de 18,8 M$ (12,6 M$ après impôt). Sans ce gain, le bénéfice net du trimestre aurait été de 41,4 M$.

Les résultats du trimestre ont aussi profité d'un gain de change non monétaire sur la dette à long terme, 2,1 M$ contre 1,6 M$ un an auparavant.