Depuis 18 mois, l'entreprise Boralex, de Kingsey Falls, étudie les vents retrouvés sur la Seigneurie de Beaupré, dans la région de Québec, afin de participer à l'appel d'offres de 2000 mégawatts déposé par Hydro-Québec en 2005.

Yanick Poisson

Depuis 18 mois, l'entreprise Boralex, de Kingsey Falls, étudie les vents retrouvés sur la Seigneurie de Beaupré, dans la région de Québec, afin de participer à l'appel d'offres de 2000 mégawatts déposé par Hydro-Québec en 2005.

Bien qu'il soit encore tôt pour évaluer la capacité énergétique du parc qui pourrait être implanté sur les terres du Séminaire, les premières données recueillies sont encourageantes et le projet qui sera présenté le 18 septembre pourrait faire état d'une production de plus de 350 mégawatts, ce qui est plus que la capacité québécoise actuelle totale (321 MW).

«On ne sait pas encore avec précision ce que nous serons capables d'offrir, mais tout indique que notre emplacement est excellent et il se pourrait bien que notre capacité dépasse les 350 mégawatts», a affirmé Patricia Lemaire, responsable des communications pour Boralex.

Pas prophète dans son pays

Si Hydro-Québec donne son aval au projet, ces installations éoliennes deviendraient les premières de l'entreprise au Québec.

En effet, alors que Boralex vient de lancer les opérations de sa septième ferme éolienne en France et qu'elle a fait l'acquisition de neuf fermes pour 90 mégawatts de production en Ontario, aucune turbine de l'entreprise ne marque le décor de la province.

Se refusant d'entrer dans le jeu des comparaisons, Mme Lemaire s'est contentée d'affirmer que les fenêtres de développement étaient plus nombreuses en Europe au cours des dernières années et que le continent en général est en avance sur le Québec en ce qui a trait à sa politique énergétique.

Il est intéressant de noter que l'Ontario et la France fonctionnent selon le principe de «standard offer» qui prévoit une rémunération fixe par mégawatt pour les promoteurs de parcs éoliens.

Cette façon de faire a généralement pour effet de faciliter et d'accélérer le processus.

Saint-Agrève

Situé à Saint-Agrève en Ardèche, le plus récent site de Boralex compte six éoliennes de marque Enercon d'une capacité de 2,3 MW chacune.

Boralex porte ainsi la capacité totale installée de son parc éolien en France à 103 MW.

Alain Cabanes, président de la communauté de communes du Haut Vivarais, affirme que le parc est le résultat de sept ans de travail et de concertation.

Il souligne qu'en plus de son apport énergétique, la ferme est devenue un point d'attraction touristique valorisée par l'office du tourisme régional.