La Banque TD a annoncé lundi avoir effectué une première transaction avec une carte de débit à puce. L'opération a eu lieu dans un guichet automatique de Mississauga, en Ontario, et serait une première au Canada, rapporte l'institution financière.

Marie-Claude Morin

La Banque TD a annoncé lundi avoir effectué une première transaction avec une carte de débit à puce. L'opération a eu lieu dans un guichet automatique de Mississauga, en Ontario, et serait une première au Canada, rapporte l'institution financière.

«Nous avons réalisé de grands progrès à l'interne afin de préparer la Banque TD à effectuer la migration vers la technologie des cartes à puce», a affirmé Chris Stamper, vice-président, Services bancaires permanents chez TD Canada Trust.

«Le fait d'être la première banque du pays à effectuer une opération avec une carte de débit à puce est tout à la fois un moment de satisfaction et de fierté», a ajouté M. Stamper.

Déploiement d'ici 2010

Déjà très répandue en Europe, particulièrement en France et en Grande-Bretagne, la carte à puce est attendue impatiemment au Canada depuis quelques années déjà, ses tenants espérant diminuer de façon importante les fraudes bancaires, de plus en plus répandues.

La micropuce intégrée à la carte enregistre les données sous forme codée, ce qui améliore la sécurité et augmente le volume de données recueillies.

Le numéro d'identification personnel, le fameux NIP, ne sera pas relégué aux oubliettes pour autant, mais la bande magnétique sera définitivement éliminée dès que tous les terminaux de vente et les guichets automatiques seront convertis.

Au Canada, les trois grands de l'industrie, Interac, Mastercard et Visa, visent une conversion complète d'ici la fin de 2010.

Les cartes bancaires et les cartes de crédit conserveront cependant leur bande magnétique jusqu'en 2012, question de laisser le temps aux retardataires de se résoudre à convertir leurs équipements.

Les institutions financières devront cependant adapter leur déploiement aux particularités de leur structure.

Chez Desjardins, les caisses sont propriétaires de leurs guichets. «Il faut donc respecter leur échéancier, tout en travaillant avec elles pour que la conversion soit entièrement faite d'ici 2010», explique Nathalie Genest, porte-parole de la coopérative.

Édith Ducharme, porte-parole de la Banque TD, souligne que «ce sont les marchands qui sont propriétaires des terminaux aux points de vente, ce sont donc eu qui décideront du moment de leur conversion».

Deux étapes-clés à suivre

Dès cet automne, plusieurs institutions financières participeront à un test d'inter-opérabilité à Kitchener-Waterloo, en Ontario.

Les institutions participantes, dont la Banque Nationale, la Banque Royale et Desjardins, convertiront alors leurs guichets automatiques locaux et effectueront des transactions dans leurs propres installations et dans celles de leurs concurrents. La Banque TD, à l'origine de la première de cette semaine, participera elle aussi à ces tests.

Selon Mme Genest, de Desjardins,l'essai de Kitchener-Waterloo sera «au plus fort de sa force au début de 2008, alors qu'il y aura un nombre assez important de cartes en circulation».

Au printemps 2008, c'est à St-Jérôme que seront installés en sol québécois les premiers guichets automatiques lisant les puces numériques. Selon Mme Genest, il ne s'agira alors plus d'un test, mais plutôt d'un système opérationnel.

Les cartes de crédit aussi touchées

Les puces numériques peuvent également être intégrées aux cartes de crédit, comme c'est d'ailleurs déjà le cas en Europe.

En plus d'augmenter la sécurité, cette technologie permet aux institutions financières d'offrir des programmes de récompenses plus personnalisés à leur clientèle, en utilisant les renseignements amassés par les petites puces.

La Banque Royale offre des cartes de crédit à puce «depuis déjà plusieurs années», affirme Raymond Chouinard, porte-parole de l'institution.

Les transactions utilisant effectivement la puce, plutôt que la bande magnétique, sont cependant majoritairement effectuées lors de déplacements en Europe pour le moment, admet M. Chouinard.

Chez Desjardins, les cartes de crédit à puce seront lancées en même temps que les cartes de débit, en septembre 2008.

Lorsque les terminaux seront tous convertis, la carte de crédit à puce ne demandera plus de signature, mais plutôt un numéro d'identification personnelle, comme la carte de débit.