Claudel Lingerie, de Montréal, vient de doubler sa taille par le rachat de Maison de vêtements Piacente, de l'arrondissement de Saint-Léonard, un des plus grands fabricants d'uniformes scolaires du Canada.

Laurier Cloutier

Claudel Lingerie, de Montréal, vient de doubler sa taille par le rachat de Maison de vêtements Piacente, de l'arrondissement de Saint-Léonard, un des plus grands fabricants d'uniformes scolaires du Canada.

Le président de Claudel, Michel Lapierre, a souligné à La Presse Affaires qu'il va en outre transformer Piacente en vue de préparer une expansion.

Les travaux à cette fin sont d'ailleurs avancés, car l'acquisition de cette compagnie au capital fermé remonte au printemps dernier, même si elle est complètement passée inaperçue.

«La Maison Piacente, c'est déjà aussi gros que Claudel Lingerie, note Michel Lapierre. Là, Piacente va de plus bouger. Claudel va en faire une entreprise unique du secteur.»

Le président explique que, jusqu'ici, à partir de ses ateliers de Saint-Léonard, Piacente fournit en un mois, avant la rentrée scolaire, des uniformes à 60 000 élèves.

Le fabricant est par contre en train de se doter d'une mini-chaîne de magasins, non seulement à Saint-Léonard, mais aussi à Longueuil, à Québec, en Estrie et dans l'Outaouais, pour mieux desservir sa clientèle durant le reste de l'année.

L'investissement de Claudel atteint déjà «pas loin de 10 millions» dans l'acquisition et l'expansion de Piacente.

La grande compagnie de lingerie et de vêtements de nuit va par ailleurs donner à Piacente l'objectif de desservir les écoles publiques, en plus des institutions scolaires privées.

Il n'est pas question, par contre, que Piacente se lance dans les uniformes pour travailleurs, déclare Michel Lapierre.

«Le secteur public, c'est déjà de la diversification» et Piacente doit garder le cap sur son marché spécialisé, dit-il.

Depuis que Michel Lapierre a pris la relève de son père, Claude Lapierre, le fondateur de Claudel Lingerie, il a lancé l'entreprise montréalaise dans l'expansion, mais a dû se résoudre à confier en sous-traitance, en Asie, une grande partie de la fabrication de ses vêtements conçus à Montréal.

C'est un modèle d'affaires qui gagne du terrain dans le secteur et qu'ont adopté des chaînes internationales, comme H&M, de Suède, et Mango, d'Espagne. Claudel vient par ailleurs de racheter àAce Style Group, de Hong-Kong, la chaîne de lingerie Moments intimes (10 boutiques).

Le nombre d'employés de Piacente, qui oscillait entre 400 et une centaine selon la saison, pourra tendre vers plus de régularité. Au total, Claudel emploie maintenant près de 500 employés à temps plein et son chiffre d'affaires atteint quelque 75 millions.

Le groupe conçoit notamment les vêtements Vanessa pour ses 45 boutiques Lingerie Lilianne et Brière, mais aussi pour La Baie, Zellers et 150 magasins indépendants.