De plus en plus de fondations se consacrant à de multiples causes voient le jour au Québec, en raison notamment de l’implication grandissante de personnalités du monde sportif, des arts ou des affaires qui souhaitent faire profiter des groupes en particulier de leur notoriété. Et il y a des fondations aux activités complémentaires qui méritent de se regrouper et qui gagnent à le faire.

Henri-Paul Rousseau a fondé il y a 12 ans la Fondation Tremplin Santé avec l’objectif d’offrir aux enfants qui fréquentent des camps de jour partout au Québec des activités et des jeux bénéfiques à leur développement physique et personnel.

L’ex-grand patron de la Caisse de dépôt, impliqué dans la Fondation de l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM), avait été frappé par les programmes de prévention pour les personnes âgées qu’avait mis sur pied le DMartin Juneau à l’ICM.

« J’ai voulu faire le même exercice de prévention, mais pour les jeunes qui fréquentent les camps de vacances et les camps de jour, en développant une série de jeux et d’activités qui allaient stimuler leurs habiletés physiques et leur estime de soi », me raconte Henri-Paul Rousseau, aujourd’hui professeur associé à HEC Montréal.

Grâce à une subvention de 2 millions de la Fondation Chagnon et de Québec en forme, la Fondation Tremplin Santé (FTS) a fait développer par des spécialistes une série de 200 jeux qui ont chacun une fonction particulière, selon les différents contextes d’une journée.

« Chaque année, on forme de 1200 à 1400 moniteurs et monitrices de camps de jour à nos jeux éducatifs. On est dans les 17 régions du Québec, dans plus de 900 camps. On fait affaire avec les centres de loisirs municipaux et on a une forte présence en milieu défavorisé », résume le fondateur de la FTS.

Henri-Paul Rousseau le dit d’emblée, il a été moniteur de camp dans sa jeunesse et ce sont les meilleurs étés de sa vie qu’il a vécus. Le jeu est un excellent moyen d’inculquer de saines valeurs de vie aux enfants tout en leur évitant de vivre la glissade de l’été, c’est-à-dire la perte des acquis de l’année scolaire précédente.

Aujourd’hui le programme Tremplin Santé rejoint plus de 230 000 enfants durant l’été, mais il élargira son action en intégrant le giron de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif, active elle aussi auprès de la jeunesse, en supervisant des programmes d’initiation aux arts et aux sports pour les élèves du primaire afin qu’ils acquièrent des aptitudes essentielles à la réussite scolaire.

« Les arts et les sports sont des activités de ludopédagogie qui permettent de transmettre des aptitudes et des connaissances dans un cadre différent de celui de la classe. On intervient dans des activités parascolaires dans une quarantaine d’écoles de huit régions du Québec.

« Notre objectif est d’être implantés dans une centaine d’écoles d’ici quatre ans », m’explique Florence-Agathe Dubé-Moreau, cofondatrice et coprésidente de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif, qui est autrice et commissaire en art contemporain.

Élargir la portée et les ressources

Laurent Duvernay-Tardif et Florence-Agathe Dubé-Moreau ont créé la Fondation LDT en 2017 en mettant sur pied un programme gratuit et clés en main d’initiation à l’art et aux sports afin de favoriser l’épanouissement des jeunes et la persévérance scolaire.

« On a lancé le programme La 6e période dans les écoles de milieux défavorisés qu’on a ciblées, mais là, en accueillant les activités de la Fondation Tremplin Santé, on va avoir une présence 12 mois par année, on va élargir la portée de chacun des programmes et on va profiter de ressources bonifiées », résume Laurent Duvernay-Tardif, cofondateur et coprésident de la Fondation LDT.

L’ex-joueur de football rappelle que la réussite éducative des jeunes dépend de nombreuses variables, comme le leadership, l’estime de soi, la capacité de gagner ou de perdre et que le développement d’une passion permet de mieux se valoriser.

C’est en écoutant Laurent Duvernay-Tardif décrire les activités de sa fondation lors d’un évènement d’affaires qu’Henri-Paul Rousseau a eu la conviction que les deux organisations auraient tout avantage à regrouper leurs forces.

« On fait la fusion d’un programme parascolaire et d’un programme d’été. Les deux fondations misent sur le jeu, le sport et les arts comme moyens d’intégration et de réussite scolaire. Il va y avoir beaucoup de synergie, c’est un bel exemple de philanthropie collaborative », dit Henri-Paul Rousseau, qui va demeurer actif au sein du conseil de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif qui chapeautera le programme Tremplin Santé.

« C’est un bel exemple de fertilisation croisée et on est extrêmement redevables du legs que nous transmet Henri-Paul, on souhaite maintenant avoir l’appui des grandes fondations et des grands donateurs qui vont continuer de soutenir la réussite éducative à travers le Québec », souligne Florence-Agathe Dubé-Moreau.

Le budget annuel du programme Tremplin Santé est de l’ordre de 1 million, tandis que la Fondation LDT dispose d’un budget de 1,3 million pour soutenir ses programmes et les formations dans les écoles. La nouvelle entité deviendra active le 30 septembre prochain et ses deux coprésidents comptent bien la faire rayonner pour de nombreuses années encore.