Les anglophones ont une expression pour désigner la crainte de laisser passer une occasion : FOMO, ou fear of missing out. Depuis quelques mois, un nombre incroyable d’investisseurs sont obnubilés par le titre du géant de l’intelligence artificielle et fabricant de puces électroniques Nvidia.

Un nombre impressionnant de proches m’en parlent comme s’il s’agissait du Saint-Graal de l’investissement et que ce serait une grave erreur de passer à côté d’une opportunité qui ne se représentera peut-être jamais.

Cette FOMOite aiguë semble davantage affecter les investisseurs avec une expérience limitée du marché boursier, souvent issus de la cuvée 2020-2021, qui consacrent peu de temps à l’analyse de titres boursiers et qui investissent en suivant leur intuition. J’espère que les arguments qui suivent généreront une réflexion chez les investisseurs qui s’attendent à frapper un coup de circuit en investissant dans cette saveur du jour.

Comprenons-nous bien. Je ne dis pas que Nvidia n’est pas une excellente entreprise. Malheureusement, il existe une énorme différence entre une entreprise exceptionnelle et un bon investissement. Tout dépend du prix que l’on paye pour les profits futurs de l’entreprise.

En septembre 2022, la capitalisation boursière de Nvidia était déjà appréciable et atteignait environ 300 milliards de dollars américains. En moins de 22 mois, la valeur du titre a explosé et a été multipliée par 11, atteignant maintenant plus de 3,4 billions de dollars américains. Le problème avec ce type de progression, c’est que la loi des grands nombres finit toujours par nous rattraper.

Saviez-vous qu’ensemble, les marchés boursiers américains valent un peu plus de 54 billions de dollars ?

En faisant un calcul simple, vous verrez que Nvidia compte à elle seule pour plus de 6,2 % de toute la valeur boursière aux États-Unis. Au cours des 45 dernières années, on n’a vu ce genre d’exubérance irrationnelle que deux autres fois, soit avec Apple en 2023 (7,4 %) et avec IBM en 1985 (6,4 %).

Ne vous racontez pas d’histoires, je peux vous garantir que la progression future du titre sera considérablement plus faible que dans les derniers mois ; Nvidia ne peut mathématiquement pas devenir plus grosse que le marché.

De grâce, demeurons rationnels. En date du 20 juin, aucune entreprise n’avait une capitalisation boursière plus élevée que Nvidia.

Comme dirait Martin St-Louis, le marché boursier est une game d’attentes. Les attentes du marché envers Nvidia sont spectaculaires et son prix actuel reflète une exécution future sans failles. La firme Morningstar s’attend à une croissance composée de 29 % par année au cours de la prochaine décennie.

Si l’on utilise le bénéfice par action de 2024 comme point de départ, il devrait atteindre plus de 165 $ en 2034. Les attentes pour 2025 sont d’environ 27 $ par action, soit une fabuleuse progression de presque 110 %. Qu’arrivera-t-il si la croissance future n’atteint pas les folles attentes du marché ?

Comme toujours, la folie s’estompera et les plus récents investisseurs seront encore les grands perdants… jusqu’à la prochaine saveur du jour.