Breeze Airways, l’un des principaux clients nord-américains de l’A220, s’ajoute à la liste des compagnies aériennes qui aimeraient voir Airbus offrir une version allongée de l’ex-C Series – un projet évoqué depuis plusieurs années dans l’industrie.

Ce transporteur américain à bas prix est loin d’avoir reçu tous ses appareils commandés, mais cela n’empêche pas son président, Tom Doxey, d’afficher ses couleurs.

« Cela nous intéresserait, dit-il, au cours d’une entrevue avec La Presse. Alors que nous continuons à retirer progressivement nos avions Embraer, il y a certainement une possibilité pour nous d’[intégrer] une version plus grande de l’avion. »

M. Doxey était de passage dans les installations d’Airbus Canada situées à Mirabel pour prendre livraison d’un A220 aux couleurs de Breeze obtenu auprès de la société de locateur américain Azorra. À terme, la compagnie aérienne n’exploitera que ce type d’appareil dans sa flotte après s’être progressivement délestée de ses Embraer E-190 et E-195.

Au côté du dirigeant de Breeze, le chef de la direction du locateur, Ron Baur, un vétéran de l’industrie aérienne ayant également œuvré chez Continental Airlines et United Airlines, s’est montré plus prudent lorsqu’on l’a interrogé sur l’intérêt potentiel de son entreprise.

J’ai toujours été un grand fan du concept d’élasticité des économies. L’avion [l’A220] offre déjà de bonnes économies d’exploitation, ce qui le rend encore plus performant.

Ron Baur, chef de la direction d’Azorra

Breeze doit recevoir jusqu’à 90 exemplaires de l’A220-300, qui peut accueillir de 120 à 160 passagers. Le modèle d’affaires du transporteur à bas prix américain mise sur les aéroports secondaires, où les redevances aéroportuaires sont moins élevées. Cela lui permet de réduire ses coûts et d’être plus concurrentiel sur le prix des tarifs aériens.

Une rumeur qui plane

Une version allongée de l’ancienne C Series de Bombardier fait l’objet de rumeurs depuis plusieurs années. En ajoutant des sièges, un éventuel A220-500 deviendrait un concurrent presque direct du plus lucratif avion d’Airbus, l’A320neo (150-180 sièges).

L’avion rivaliserait également plus directement avec le Boeing 737 (138-205 sièges pour un avion configuré avec une classe affaires et une classe économique), la vache à lait de l’avionneur américain.

En entrevue avec La Presse, le président et chef de la direction d’Air France, Benjamin Smith, avait déjà témoigné de l’intérêt du transporteur français pour voir Airbus ajouter une troisième version de l’A220 à cette gamme d’appareils.

Lisez Un premier A220 pour Air France, qui réitère son intérêt pour un modèle allongé

L’avionneur européen a été interrogé à maintes reprises à ce sujet. Tout indique que le projet sera étudié sérieusement, mais Airbus répète qu’il faut d’abord s’assurer que l’A220, qui est détenu à hauteur de 25 % par l’État québécois, cesse d’être déficitaire. Selon la multinationale, cela passe par une accélération de la cadence de production afin d’être en mesure de produire chaque mois 14 avions à Mirabel et à Mobile en 2026.

Airbus doit donc doubler son rythme actuel d’ici deux ans. À l’instar d’autres modèles, les livraisons de l’A220 peinent à décoller en raison des difficultés d’approvisionnement de certaines pièces, notamment des moteurs construits par Pratt & Whitney. Breeze l’a ressenti.

Sans les perturbations, nous aurions reçu neuf avions supplémentaires. Airbus a fait beaucoup de chemin depuis deux ans, mais il y en a encore à faire.

Tom Doxey, président de Breeze Airways

Cela n’a pas empêché Breeze, qui a décollé il y a trois ans, d’engranger ses premiers profits mensuels en mars ainsi qu’en avril, affirme M. Doxey. On aurait probablement pu y arriver plus rapidement sans les imprévus de livraison, laisse-t-il entendre.

« Peut-être aurions-nous pu y arriver plus tôt, mais en dépit de ces défis, nous sommes en train d’atteindre notre vitesse de croisière en moins de trois ans », commente le dirigeant de Breeze.

De janvier à mai, Airbus a remis 21 exemplaires de l’A220 à des clients. C’est seulement deux avions de plus comparativement à la même période l’an dernier. En 2023, l’avionneur avait effectué 68 livraisons.

Breeze Airways en bref :

Fondateur : David Neeleman

Marché : États-Unis

Destinations offertes : Plus de 150

A220 d’Airbus commandés : 90

En savoir plus
  • 25
    Nombre d’A220 dans la flotte de Breeze Airways
    BREEZE AIRWAYS
    2018
    Année où Breeze avait annoncé sa commande initiale pour l’A220
    breeze airways