L’été sera occupé à l’aéroport Montréal-Trudeau, qui anticipe de recevoir tout près de 7 millions de passagers durant les trois prochains mois, un sommet. Pour limiter la congestion, la plupart des stationnements de l’aérogare seront gratuits pendant une quarantaine de minutes, toute la saison.

« Pour la période estivale, nous nous attendons à nouveau à une forte croissance versus l’an passé, la plus importante parmi les grands aéroports canadiens, avec approximativement 2,2 millions de passagers par mois, en juin, juillet et août », a indiqué mardi un porte-parole d’Aéroports de Montréal (ADM), Eric Forest.

Dans un communiqué, son groupe a insisté sur le fait que son trafic de passagers est « toujours en pleine croissance » et que de nombreuses destinations estivales s’ajouteront cet été, ce qui risque d’attirer encore plus de voyageurs. Bref, tous « s’attendent à un été occupé à YUL », dit l’organisme.

Tout cela survient alors qu’en avril dernier, le PDG d’ADM, Yves Beauchamp, avait proposé un plan « ambitieux » de 4 milliards pour régler les problèmes d’accessibilité qui ont tant fait rager les passagers d’ici et d’ailleurs à Montréal-Trudeau l’an dernier, après le creux de vague pandémique.

Lisez « Décollage d’un plan ‟ambitieux" pour la fluidité »

Le plan, qui s’étale sur quatre ans, comprend notamment l’ajout de stationnements, de nouvelles portes d’embarquement et la capacité du débarcadère triplée.

Il faut dire que le temps presse. En 2023, l’aéroport montréalais a enregistré un achalandage record de plus de 21 millions de passagers, un bond de 32 % par rapport à 2022 et de 4 % par rapport à 2019, année prépandémique. L’été 2023 avait été particulièrement achalandé, avec une augmentation de 8 % par rapport à la saison estivale de 2019. L’administration s’attend à recevoir 25 millions de voyageurs d’ici 2028.

À court terme, que savoir ?

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Yves Beauchamp, président-directeur général d’Aéroports de Montréal

Plusieurs mesures de mitigation seront en place cet été pour limiter au maximum la congestion routière, quoique celle-ci sera encore fortement présente. D’emblée, le premier niveau du stationnement étagé P4 a été réaménagé pour devenir un débarcadère, « l’express Ouest », offrant une option supplémentaire pour débarquer un proche. Une navette part de là vers l’aérogare, un trajet de moins de 5 minutes.

On compte aussi sur un deuxième débarcadère, « l’express Est », près de l’autoroute 520 et de l’axe Côte-de-Liesse. Une navette est également offerte à partir des lieux. Les deux débarcadères express sont ouverts de 13 h à 20 h.

PHOTO FOURNIE PAR ADM

Depuis le début du mois de juin, une période de gratuité de 40 minutes est par ailleurs offerte dans « la plupart des stationnements » de l’aéroport. La mesure demeurera en place jusqu’en septembre 2024, afin de « limiter le phénomène des mouvements circulaires sur le site, autrement dit les véhicules qui tournent sans cesse en attendant un voyageur.

Si le passager que vous attendez n’est pas encore arrivé et que vous devez patienter encore un moment, les stationnements d’attente CellParc seront quant à eux gratuits pour une durée maximale de deux heures pendant la saison estivale. Il est également possible de consulter l’occupation en temps réel des parcs de stationnement sur le site d’ADM. On peut également y réserver son espace afin de s’assurer de pouvoir se garer à l’arrivée.

Quant aux voyageurs revenant à la maison, l’administration aéroportuaire recommande de remplir sa déclaration au moyen d’ArriveCAN « jusqu’à 72 heures avant votre arrivée », ce qui diminue significativement le délai de traitement à la douane.

En novembre, M. Beauchamp avait confié que son intention était de mettre en place des corridors qui permettront d’accélérer le passage à la douane des voyageurs ayant dûment rempli leur formulaire sur l’application ArriveCAN. « On se rend compte que les gens associent encore beaucoup cette application à la COVID-19, alors qu’elle permet pourtant toujours d’accélérer le processus », avait-il dit à ce sujet.

Bref, les voyageurs qui remplissent leur formulaire pourraient passer avant les autres. « Ça s’apparente grosso modo au programme Nexus qui est déjà en place, mais là, ça s’adressera à tout le monde qui veut bien collaborer », avait illustré le PDG.

Des travaux majeurs en vue

D’ici deux ans, en 2026, un autre vaste stationnement étagé doit être construit sur le site de l’actuelle zone P11, à l’est du terminal, près de l’axe Côte-de-Liesse. Il offrira environ 3000 places. Puis, au cours de l’année 2026, quand ce nouveau stationnement sera terminé, ADM démolira le stationnement étagé actuel de 5000 places qui approche de la fin de sa vie utile. Cela libérera de l’espace et permettra de construire deux nouveaux débarcadères, de quatre voies chacun, le tout sur deux niveaux. Les accès routiers seront ensuite réaménagés en 2027 et en 2028.