(New York) Les cours du pétrole ont reculé jeudi, le président russe Vladimir Poutine ayant assuré que la Russie maintenait toutes ses livraisons d’hydrocarbures, malgré les sanctions occidentales.  

Publié le 10 mars
Agence France-Presse

Le baril de Brent de la mer du Nord, référence de l’or noir en Europe, pour livraison en mai a reculé de 1,62 % à 109,33 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en avril a chuté de 2,46 % à 106,02 dollars.

M. Poutine a insisté jeudi sur le fait que « tous les volumes » étaient livrés à l’Europe comme ailleurs et que même le « système de transport de gaz de l’Ukraine est rempli à 100 % ».

Ce réseau de gazoduc constitue l’une des artères gazières clé pour approvisionner le continent européen, dont 45 % des importations de gaz proviennent de Russie.

Selon M. Poutine, dès lors, l’envolée des cours du gaz et du pétrole sur les marchés mondiaux n’a rien à voir avec la Russie alors que les prix atteignent des sommets depuis que les forces russes sont entrées en masse en Ukraine.

« Le risque de nouvelles perturbations reste élevé », estime toutefois Craig Erlam, analyste pour Oanda, « en particulier avec de nouvelles sanctions à venir qui rendront la vie plus difficile à la Russie et aux entreprises moins désireuses de faire des affaires avec elle ».

Mercredi, le Royaume-Uni a exhorté l’ensemble des pays du G7 à « mettre fin à leur utilisation de pétrole et gaz russes », à l’instar de Londres et de Washington, en riposte à l’invasion de l’Ukraine.

L’offre de brut reste toujours très tendue. Jeudi, les Émirats arabes unis ont affirmé qu’ils allaient respecter les engagements d’augmentation très graduelle pris dans le cadre de l’alliance des pays exportateurs OPEP+ (OPEP et ses alliés) qui comprend la Russie.

« Les Émirats croient à la valeur qu’apporte l’OPEP “au marché du pétrole. Nous sommes engagés vis-à-vis de l’accord au sein de l’OPEP” et du mécanisme actuel d’ajustement mensuel de la production », a tweeté jeudi le ministre émirati de l’Énergie et des Infrastructures, Souheil al-Mazrouei.

La veille, l’ambassadeur des Émirats à Washington, Youssef Al Otaïba, s’était pourtant dit favorable à une augmentation de la production, une lueur d’espoir pour freiner l’envolée des cours de l’or noir.

Des messages contradictoires qui « laissent le marché dans l’incertitude quant à leur position réelle sur la question, ce qui crée des conditions susceptibles d’entraîner une plus grande volatilité des prix », commente Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

Pour Daniel Ghali de TD Securities, ces tensions au sein de l’OPEP+ ont ôté jeudi la prime de risque incluse dans les cours, car elles laissent entrevoir « un signe potentiel » d’une augmentation de la production.  

Les pays exportateurs de pétrole sont sollicités pour freiner l’envolée des prix du brut attisée par la guerre en Ukraine, notamment après la décision des États-Unis et du Royaume-Uni d’arrêter d’importer du pétrole de Russie (deuxième plus grand exportateur de brut au monde, derrière l’Arabie saoudite) en riposte à l’invasion de l’Ukraine.

« Les Émirats arabes unis n’agiront pas de leur propre chef pour augmenter la production de pétrole », estime Carsten Fritsch, analyste pour Commerzbank.  

Lors de leur dernière rencontre, les pays de l’OPEP+ s’en étaient tenus à une hausse modeste de leur production, malgré la flambée des prix. Une plus forte augmentation pourrait toutefois être décidée lors de la prochaine réunion de l’alliance, le 31 mars prochain, selon l’analyste.