Chaque semaine, La Presse présente conseils, anecdotes et réflexions pour leaders, entrepreneurs et gestionnaires.

Isabelle Massé
Isabelle Massé La Presse

LE GESTE

Changement de carburant

Une cinquantaine d’entreprises, dont des compagnies aériennes et pétrolières (Delta Air Lines, American Airlines, British Airways, Cathay Pacific, Japan Airlines, Boeing, BP, Shell), s’engagent à remplacer 10 % de leur approvisionnement en carburant traditionnel par du carburant durable d’aviation (SAF) d’ici 2030. Ce dernier représente seulement 0,1 % du carburant utilisé en aviation commerciale actuellement. Produisant 80 % moins d’émissions, le SAF est conçu de déchets agricoles et de nourriture recyclée. Ce carburant vert, dont il faudra augmenter radicalement la production ces prochaines années afin de remplir une telle promesse, coûte de deux à huit fois plus cher que le traditionnel, rapporte CNN Business.

(Source : CNN Business)

DIVERSITÉ

La force de l’âge

Avec la pénurie de main-d’œuvre qui fait pression sur l’économie et le départ en masse des baby-boomers, des voix s’élèvent pour qu’on reconnaisse les avantages d’avoir parmi ses salariés des gens de 60 ans et plus, qu’on inclue l’âge dans les programmes de diversité et inclusion des entreprises et qu’on mette en place des avantages pour retenir les employés séniors. « L’âgisme au travail prive les entreprises de talent et de productivité », lit-on dans le Los Angeles Daily News. Le quotidien rapporte, par ailleurs, que les entrepreneurs de plus de 40 ans ont plus de succès avec leur PME. « Ils ont trois fois plus de chances de créer des entreprises en santé, grâce à leur patience, leur nature collaborative et l’absence du besoin de prouver à tous qu’ils sont capables, selon une étude de Harvard, lit-on. Les entreprises qui souhaitent une économie florissante doivent donner plus de possibilités de se développer à des gens plus vieux. »

(Source : Los Angeles Daily News)

LA CITATION

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LAPRESSE

Aldo Bensadoun

C’est évident que notre succès chez Aldo est venu de cette diversité d’origines. Le plus de mélanges il y a, le plus fort l’individu devient. C’est excessivement important d’avoir des gens dans notre compagnie d’Amérique du Sud, d’Europe, d’un peu partout à travers le monde. Quand on pense à la croissance internationale du groupe Aldo, elle est un peu due à cette énorme diversité. Une personne qui vient de Colombie, du Chili ou de l’Europe de l’Est nous donne la confiance d’ouvrir dans d’autres pays. Les êtres humains sont faits pour s’entraider, s’aimer et travailler ensemble.

Aldo Bensadoun, d’origine algérienne, fondateur d’Aldo qui célèbre ses 50 ans (et qui s’est restructurée après s’être placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec ses créanciers des compagnies en 2020), dans la baladoémission Isabelle Racicot rencontre… sur OHdio.

LE CHIFFRE

35 %

C’est le pourcentage de milléniaux américains qui seraient à la recherche d’un nouvel emploi, selon une étude de Paychex et Future Workplace. Si ce pourcentage s’élève à 44 % pour les membres de la génération Z, il n’est que de 11 % chez les baby-boomers et de 27 % pour les membres de la génération X. « Si les entreprises ne répondent pas aux besoins de leurs employés rapidement, ils risquent de finir les derniers dans la course au recrutement et à la rétention des talents », note Alison Stevens, directrice des ressources humaines de Paychex.

(Source : Yahoo ! Finance)

LE LIVRE

Louis Garneau se confesse

À la toute fin de sa biographie Je suis tombé deux fois, de l’auteure Valérie Lesage, Louis Garneau, dont l’entreprise s’est placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité en 2020, donne des conseils aux jeunes entrepreneurs… après avoir confessé un épuisement professionnel, des mésententes et conflits avec sa progéniture, son ancien bras droit, des haut placés, des conseillers et une agence de marketing, ainsi que des erreurs dans la relance de l’entreprise et un climat toxique au travail. « J’ai retiré plusieurs leçons de mon épreuve », confie-t-il. Les voici :

– « Soyez bien épaulés au rayon des finances : c’est un secteur névralgique pour toute entreprise. »

– Soyez sélectifs dans le choix des consultants que vous embauchez. Et surtout, ne les laissez pas prendre le contrôle des opérations. »

– « N’entrevoyez jamais la redéfinition de l’image de marque comme la solution miracle pour stimuler les ventes. Tout part du produit. S’il est bon et adapté aux besoins des clients, vous le vendrez. »

– « Soyez bien entourés. Cherchez la bienveillance et la loyauté, fuyez le contrôle et les attitudes toxiques qui divisent au lieu de rassembler. »

QUI A DIT ?

  • Qui a dit : « Bruno, va voir ton psy. C’est moins nocif que l’alcool » ?

    PHOTO FOURNIE PAR AETIOS

    Qui a dit : « Bruno, va voir ton psy. C’est moins nocif que l’alcool » ?

  • Réponse : Le commandant Chiasson (Gildor Roy) à son enquêteur Bruno Gagné (Michel Charette), qui montre des signes d’épuisement au travail et de dépression, dans District 31, à Radio-Canada.

    PHOTO FOURNIE PAR AETIOS

    Réponse : Le commandant Chiasson (Gildor Roy) à son enquêteur Bruno Gagné (Michel Charette), qui montre des signes d’épuisement au travail et de dépression, dans District 31, à Radio-Canada.

1/2
  •  
  •  

Bruno, va voir ton psy. C’est moins nocif que l’alcool.

Le commandant Chiasson (Gildor Roy) à son enquêteur Bruno Gagné (Michel Charette), qui montre des signes d’épuisement au travail et de dépression, dans District 31, à Radio-Canada.