Le Québec perd l’un des économistes qui a le plus marqué les politiques publiques au cours des 25 dernières années, en la personne de Claude Montmarquette.

Francis Vailles
Francis Vailles La Presse

L’économiste est mort mardi matin, à 78 ans, des suites d’un long combat contre le cancer. Devant la détérioration de son état, il avait demandé l’aide médicale à mourir.

Claude Montmarquette a assisté le gouvernement du Québec dans la conception de multiples programmes touchant à l’éducation, à la santé et aux finances publiques, entre autres. Il a été professeur de sciences économiques à l’Université de Montréal dès 1973, puis directeur du département de 1989 à 1995. Il a présidé le CIRANO pendant 7 ans, jusqu’en 2016.

« Claude a eu une influence majeure sur tous les gouvernements du Québec depuis 25 ans. On perd un géant de l’économie appliquée, qui avait un rayonnement international », dit l’économiste Marcel Boyer, son ami depuis 57 ans.

Informés de son décès imminent, le premier ministre François Legault, le ministre des Finances Eric Girard et plusieurs hauts fonctionnaires lui ont livré des messages personnels touchants avant son décès, indique Nathalie de Marcellis-Warin, qui lui a succédé à la tête du CIRANO.

« C’est très dur. Je perds un père spirituel. Encore à son chevet, hier, il me demandait comment allait l’économie du Québec », dit Mme de Marcellis-Warin.

Claude Montmarquette avait été élu Membre de l’Ordre du Canada en 2013 et officier de l’Ordre national du Québec en 2019. Les détails entourant ses funérailles ne sont pas encore connus.