Chaque semaine, La Presse présente conseils, anecdotes et réflexions pour leaders, entrepreneurs et gestionnaires.

Isabelle Massé
Isabelle Massé La Presse

LA MÉTHODE

La lettre à Paquet

Certaines notes de service de dirigeants sont plus joliment ou originalement enrobées que d’autres. C’est le cas de celles du PDG de Montréal International, Stéphane Paquet. Lorsqu’il s’adresse aux 80 employés de l’organisation, depuis le début de la pandémie, ces messages ont pour titre « La lettre à Paquet ». L’idée vient de lui. « Je l’ai testée auprès de quelques personnes et on m’a dit que c’était une bonne idée, raconte-t-il. Je le fais quand il y a des nouvelles à raconter, plutôt que de dire : ‟Voici un message important aux employés”. Certaines semaines, il peut y avoir deux ou trois lettres. D’autres fois, aucune pendant trois semaines, car je ne communique pas simplement pour dire : ‟Allô, il fait beau dehors !” »

LE DÉFI

À coup de 20 kilomètres

PHOTO FOURNIE PAR NATALIE BROWN

Natalie Brown, directrice principale, affaires juridiques du Mouvement Desjardins

L’avocate Natalie Brown a traversé le mois de juin à vélo ! La directrice principale, affaires juridiques, du Mouvement Desjardins s’est lancé comme défi de pédaler quotidiennement 20 kilomètres pendant 30 jours, beau temps, mauvais temps. Mission accomplie pour celle qui a aussi dans son agenda sportif un triathlon à la fin de l’été et qui encourage régulièrement ses employés et collègues à faire une activité physique « pour se ressourcer », rapporte Droit-Inc. « Avec le télétravail, il y a moins de séparation entre le travail et la vie personnelle, a-t-elle confié au magazine spécialisé. Avec une activité, on peut vraiment s’éloigner du quotidien et se retrouver avec soi-même. C’est ce que j’ai acquis à travers cette expérience et j’espère le garder. »

(Source : Droit-Inc)

LA CITATION

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Andre De Grasse

Chacun d’entre nous aurait pu gagner cette course. Nous avons tous fait de notre mieux, et je suis très reconnaissant.

Le sprinteur Andre De Grasse, médaillé de bronze du 100 m aux Jeux olympiques de Tokyo

(Source : Radio-Canada)

LE CHIFFRE

50

C’est le nombre d’entreprises au Canada qui ont l’espoir de devenir accréditées Arc-en-ciel Officiel. Mis sur pied par la Chambre de commerce LGBT+ du Canada, ce nouveau programme a pour but d’authentifier que les organisations prônent l’inclusion des personnes de la communauté LGBT+. Parmi les inscrites se trouvent des institutions financières, des détaillants, des hôtels et des adresses touristiques comme le Club Med Charlevoix, qui s’est engagé à être certifié avant son ouverture.

Le programme a été lancé il y a un mois. « Il y a toujours eu des entreprises qui donnent l’exemple et démontrent leurs valeurs de manière authentique. Nous savions donc que le programme serait bien accueilli, dit Darrell Schuurman, directeur général de la Chambre de commerce LGBT+, dans un communiqué. Cependant, nous dépassons nos attentes et je pense que cela est dû en partie au fait que les consommateurs exigent plus de représentation et cherchent à soutenir les organisations dont les valeurs s’alignent avec les leurs. »

Afin d’être certifiées Arc-en-ciel Officiel, les entreprises doivent prouver qu’elles respectent des normes touchant au leadership inclusif, qu’elles ont une culture d’ouverture et qu’une série de politiques et de pratiques sont bien implantées dans l’organisation.

LE GESTE

Temps d’arrêt obligatoire pour tous

Pour combattre la fatigue liée aux réunions Zoom, le stress de la pandémie, voire l’épuisement professionnel, Bumble a envoyé simultanément tous ses employés (à l’exception de ceux à la sécurité) en congé une semaine en juin. L’entreprise qui commercialise une application de rencontres avait d’abord envisagé de donner des jours supplémentaires de congé à utiliser selon les besoins des salariés. « Mais les gens ne déconnectent pas vraiment, par crainte de manquer quelque chose », reconnaît le patron Tariq Shaukat, qui a baptisé cette semaine #APaidWeekOff, à Inc.com. Devant les bénéfices de cette initiative, l’entreprise fera passer le temps d’arrêt à deux semaines l’an prochain.

(Source : Inc.com)

Lisez l’article (en anglais)

L’INSPIRATION

Syndrome prémenstruel non négligeable

Intimina permet aux femmes qui souffrent chaque mois avant leurs règles de moduler leur horaire de travail. Celles qui sont très fatiguées, par exemple, peuvent amorcer leur journée de travail une heure plus tard. Par ailleurs, l’entreprise de produits pour la santé intime des femmes laisse ses employées planifier leur agenda en fonction de leur cycle menstruel afin d’être plus productives et leur fournit une allocation pour l’achat de produits hygiéniques écoresponsables. Selon une étude publiée dans le British Medical Journal, les femmes perdraient en moyenne neuf jours de labeur par an à cause des inconforts découlant de leur syndrome prémenstruel. Le malaise de celles qui osent en parler est aussi souvent minimisé par les collègues. « Pendant trop longtemps, les SPM ont été perçus négativement par les femmes et nous voulons les encourager à prendre soin d’elles et à tenir compte de la façon avec laquelle leur corps fonctionne, explique Intimina. On espère que de telles mesures vont augmenter la productivité et le bonheur au travail. »

(Sources : ebn et l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés)