Chaque semaine, La Presse présente conseils, anecdotes et réflexions pour leaders, entrepreneurs et gestionnaires.

Isabelle Massé Isabelle Massé
La Presse

LE TRUC

Une touche d’humour

Adviso a une dizaine de postes à pourvoir. Pour attirer de futurs employés en contexte de télétravail, la firme en stratégie et marketing numérique a notamment opté pour la chaleur et l’humour sur son site internet. Dans un texte intitulé « 15 raisons de télétravailler chez Adviso », on apprend que chaises de bureau, ordis portables, soutien psychologique sont fournis… tout comme du linge mou. « Travailler en bobettes, ça ne coûte pas trop cher de garde-robe. En plus, on te livre du mou brandé Adviso pour compléter ta collection vestimentaire de style lounge, et ce, dès ton arrivée ! »

« Le facteur plaisir est très présent ici, les gens se taquinent beaucoup, mais ce n’est pas connu de tous, justifie Miriam Darras, spécialiste, expérience employé, d’Adviso, qui a rédigé le texte avec Antoine Gravet. Ça crée un stress de changer d’emploi en temps de pandémie. C’est important de montrer qu’une belle gang attend les gens. Est-ce que cet humour est nécessaire pour recruter ? Non, mais ça montre notre côté humain, authentique, et qu’on a su s’adapter à la pandémie. »

Visitez le site d’Adviso

LA CITATION

« Le Barreau devrait prendre plus de place dans les discussions qui ont cours auprès de la population. Le Barreau n’a pas comme tradition de prendre position, comme cela est survenu le 12 mars dernier au sujet du racisme systémique, par exemple. C’est la bâtonnière [sortante, Robin Schiller] qui a initié ça, et j’aimerais poursuivre dans cette voie. »

— MExtra Junior Laguerre, nouveau bâtonnier du Barreau de Montréal et premier Noir sur 172 à accéder à ce poste.

(Source : Droit-Inc)

PHOTO FOURNIE PAR LE BARREAU DE MONTRÉAL

Extra Junior Laguerre, bâtonnier du Barreau de Montréal

LE CHIFFRE

80 %

C’est la proportion de gens au Canada qui estiment que leur employeur les a traités « équitablement » depuis le début de la pandémie. Les données de ce sondage de KPMG montrent toutefois une diversité de constats concernant ce que vivent les salariés et leurs attentes. Ainsi, 59 % d’entre eux jugent leur travail plus pertinent aujourd’hui, 62 % estiment que la pandémie leur a démontré qu’ils pouvaient travailler de façon indépendante et 36 %, que leur employeur reconnaît plus leur contribution à l’entreprise. Mais 31 % des sondés disent être épuisés et 38 % estiment que leur expérience et leurs compétences ne sont pas utilisées autant qu’avant la pandémie.

DIVERSITÉ

C.A. paritaire

Ivanhoé Cambridge a accueilli six nouveaux membres au sein de son conseil d’administration, dont trois femmes. Ce qui porte à 6 sur 13 le nombre de femmes. Il s’agit d’Estelle Métayer (Competia), Annie Houle (Caisse de dépôt et placement du Québec) et Mylène Villeneuve (Mouvement Desjardins), qui siégeaient déjà à d’autres C. A. Trois administrateurs indépendants avaient atteint la durée maximale de mandat permise.

PHOTO FOURNIE PAR IVANHOÉ CAMBRIDGE

Estelle Métayer, membre du conseil d’Ivanhoé Cambridge

L’INSPIRATION

Comme le président des États-Unis

Les PDG peuvent tirer des leçons de leadership en analysant la façon avec laquelle Joe Biden gère la pandémie, selon Forbes. Le président des États-Unis avait notamment promis de vacciner 100 millions de personnes en 100 jours. Quelles sont ces leçons ?

– Avoir un plan précis ;

– Établir des objectifs et les faire connaître ;

– Simplifier les messages et bien les cibler ;

– Ne pas faiblir ni hésiter ;

– Suivre les avancées ;

– Donner le bon exemple ;

– Déléguer pour agir en équipe ;

– Rester humain.

(Source : Forbes)

PHOTO EVAN VUCCI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Joe Biden, président des États-Unis

QUI A DIT ?

« On m’a déjà répété que si je voulais progresser, je devais lâcher le cheerleading. Mais moi, je ne voyais pas d’obstacle. Je disais que si les gens avaient des préjugés, ça leur appartenait. Je suis parfaitement capable de faire la job et de monter. »

PHOTOS FOURNIES PAR ANNIE LAROUC

Annie Larouche, directrice des opérations pour la future franchise montréalaise de la Ligue canadienne élite de basketball.

Réponse : Annie Larouche, directrice des opérations pour la future franchise montréalaise de la Ligue canadienne élite de basketball et autrefois responsable de l’équipe de meneuses de claques des Alouettes de Montréal.