(Santiago du Chili) La croissance en 2021 en Amérique latine et Caraïbes ne devrait pas compenser la baisse de l’activité économique en 2020, avec un recul de 7,1 % du PIB moyen, ni inverser l’augmentation de la pauvreté et des inégalités, a alerté mercredi l’ONU.

Agence France-Presse

D’autant que « la croissance sera soumise à de fortes incertitudes en raison de la persistance de la pandémie et d’un accès inégal aux vaccins », a prévenu Alicia Barcena, secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepalc), lors de la conférence de presse virtuelle de présentation de son « panorama fiscal » de la région pour 2021.

La crise sanitaire liée à la pandémie a porté la pauvreté son niveau le plus élevé depuis 12 ans, touchant 33,7 % de la population d’Amérique latine et des Caraïbes.

« On s’attend à une croissance lente dans les années à venir, ce qui rendra très difficile l’accès à l’emploi et de surmonter les emplois informels, qui concernent plus de 54 % des travailleurs dans la région », la crise sanitaire ayant entraîné la fermeture d’entreprises et le gel du tourisme.

Les femmes sont les plus touchées, leur participation au marché du travail ayant subi un recul de 10 ans, note le rapport.

En conséquence, la Cepalc a exhorté les gouvernements à étendre les « mesures fiscales » en 2021 pour aider à atténuer les effets sociaux et économiques négatifs de la pandémie.

En 2020, les pays de la région ont consacré en moyenne 4,6 % de leur PIB aux efforts visant à renforcer les systèmes de santé publique, à soutenir les familles et à protéger la production.

« L’augmentation des dépenses publiques pour faire face à la crise et la baisse du recouvrement des impôts ont entraîné une augmentation significative des déficits budgétaires et des niveaux d’endettement dans la région, la dette publique brute de l’administration centrale représentant en moyenne 56,3 % du PIB », note le rapport.

« Il est essentiel d’établir un lien entre l’urgence et la réactivation » économique, est-il ajouté, citant la nécessité d’investissements durables et à forte densité d’emploi.