Le Fonds de solidarité FTQ n’est plus actionnaire du Club de Foot Montréal (CF Montréal).

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

À l’été 2019, le Fonds de solidarité FTQ a converti sa participation minoritaire dans l’équipe de soccer montréalaise en un prêt à l’équipe, a confirmé le fonds de travailleurs à La Presse. Le Fonds FTQ a ainsi converti ses actions, achetées au coût de 7,5 millions en 2012, en un prêt de 9,5 millions au CF Montréal (anciennement l’Impact de Montréal). Le fonds de travailleurs indique avoir réalisé un profit avec cette transaction. « C’est un bon investissement, un investissement rentable pour les actionnaires du Fonds », dit Patrick McQuilken, porte-parole du Fonds FTQ.

Depuis un an et demi, la famille Saputo est donc seule actionnaire de l’équipe de soccer montréalaise, qui vient de changer de nom pour le Club de Foot Montréal.

Cette conversion des actions du Fonds FTQ survient alors que la famille Saputo se dit ouverte, depuis 2018, à accueillir de nouveaux investisseurs au sein du CF Montréal. « L’ouverture [d’avoir des nouveaux actionnaires] demeure », dit Kevin Gilmore, président et chef de la direction du CF Montréal. M. Gilmore ajoute que « l’intérêt existe » pour investir dans le CF Montréal.

En pratique, le Fonds FTQ réduit son risque en convertissant ses actions en prêt garanti. « Un investissement sous forme de prêt, c’est moins risqué que sous forme d’actions », dit Michel Magnan, professeur en comptabilité et en gouvernance à l’Université Concordia.

Le Fonds FTQ aurait aussi pu se faire racheter ses actions par l’équipe, par la famille Saputo ou par un nouvel investisseur, mais ce n’est pas la solution qui a été privilégiée. Si l’équipe avait racheté les actions du Fonds FTQ, elle aurait toutefois dû y consacrer des liquidités importantes ou contracter un prêt équivalent (au moins 7,5 millions, possiblement 9,5 millions). En 2018, l’équipe montréalaise indiquait perdre entre 11 et 12 millions de dollars par saison depuis son entrée en MLS en 2012.

Le Fonds FTQ indique avoir pris cette décision de convertir ses actions en prêt afin de respecter son horizon habituel d’investissement, qui varie entre sept et dix ans. Le Fonds FTQ était actionnaire de l’équipe depuis sept ans au moment de la transaction, à l’été 2019.

« Nous gardons en moyenne 80 % de nos investissements pour une période de sept à dix ans. Nous sommes heureux de demeurer partenaire et membre fondateur de l’équipe. Le CF Montréal demeure une belle vitrine pour la ville dans son ensemble », dit Patrick McQuilken, porte-parole du Fonds FTQ, qui reste un commanditaire de l’équipe.

De 2012 à 2019, le Fonds FTQ fut le seul actionnaire de l’équipe à l’exception de la famille Saputo, qui a toujours été l’actionnaire majoritaire. Le pourcentage de la participation minoritaire du Fonds FTQ n’a jamais été divulgué publiquement.

Le Fonds FTQ est toujours présent dans le sport professionnel. Depuis 2009, il est actionnaire minoritaire du Groupe CH, propriétaire de l’équipe de hockey du Canadien de Montréal, du Centre Bell et des divisions de spectacles evenko et l’Équipe Spectra. Le fonds de travailleurs a investi 50 millions dans le Groupe CH en 2009.

Quel rendement ?

Le Fonds FTQ indique que son investissement dans le CF Montréal a été rentable, mais sans en dévoiler le rendement. Le Fonds FTQ a comme politique de ne pas dévoiler les rendements individuels de ses placements privés.

En théorie, le Fonds FTQ devrait donc empocher, au terme du prêt, au moins 2 millions de dollars en profits avec son investissement. Impossible toutefois de déterminer avec certitude le profit exact du Fonds FTQ, car celui-ci ne dévoile pas les conditions du prêt ni de sa convention d’actionnaires. Des facteurs qui pourraient influencer le rendement : le versement de dividendes, ainsi que la durée et les conditions de remboursement du prêt. « De prime abord, on peut penser qu’il y a un gain d’à peu près 2 millions, mais on ne peut pas être très catégorique [sans avoir les détails du prêt et de la convention d’actionnaires] », dit le professeur Michel Magnan.

Selon le magazine Forbes, la valeur du CF Montréal a plus que doublé depuis 2012, passant de 96 millions US à 210 millions US en 2018. Le CF Montréal ne reconnaît pas les chiffres de Forbes.

La famille Saputo a payé 40 millions US pour obtenir une équipe d’expansion de la MLS en 2012. Elle a ensuite déboursé 17,5 millions CAN pour bâtir le stade Saputo et 15,6 millions pour une partie des rénovations au stade Saputo en 2012 (le gouvernement du Québec a payé 23 millions des rénovations). Le Fonds FTQ avait aussi investi 7,5 millions en 2012 pour devenir actionnaire minoritaire de l’équipe.

– Avec la collaboration de Frédérick Duchesneau, La Presse