À quoi ressembleraient des masques N95 fabriqués par les grands constructeurs automobiles ? Le designer industriel Martin Aubé s’est amusé à les imaginer. Avec sérieux.

Marc Tison Marc Tison
La Presse

C’est dans la nature d’un designer industriel : il cherche à améliorer les produits, les procédés, les procédures.

Depuis deux mois que Martin Aubé voit le personnel hospitalier tenter d’enfiler tant bien que mal masques, visières et simili-bonnets de bain, il s’est dit qu’il devait être possible de créer un produit plus efficace et plus valorisant.

L’impulsion finale est venue le 20 avril, quand il a appris que Ford s’associait à GE Healthcare pour fabriquer en urgence 50 000 respirateurs.

« Est-ce que ça va être développé par des ingénieurs et des designers de Ford ?  », s’est-il demandé. « Ça serait drôle, ça sortirait avec une identification à l’image de Ford ! »

Un respirateur F150 de grosse cylindrée, par exemple.

Il a élargi la réflexion : peut-être en viendrons-nous à demander aux constructeurs automobiles de fabriquer des masques respiratoires. Comment leur imprimeraient-ils leur identité ? Il s’est lui-même attaqué au problème.

Le président du studio L’Unité créative n’était pas dépaysé.

Martin Aubé a travaillé 17 ans chez Bombardier Produits récréatifs, à concevoir des véhicules en tous genres.

Le gars a une superbe patte. Un peu ours, d’ailleurs, il travaille depuis 16 ans dans sa tanière, à Saint-Bruno, à dessiner carrosseries et concepts pour une longue liste de fabricants québécois. Le design original de la moto électrique québécoise Lito Sora, c’est lui. Tous les ans, il envoie ses vœux de fin d’année aux clients et amis dans une amusante illustration dont le style et l’humour ne sont pas sans rappeler le grand Gotlib, créateur de Rubrique-à-brac.

L’ADN de la marque

Les designers automobiles tentent généralement de donner une personnalité à la face avant des véhicules, en lui accordant des traits qui s’inspirent des visages humains, souligne-t-il.

  • La version Chevrolet du masque N95 paraît dure à l’ouvrage.

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR MARTIN AUBÉ, L’UNITÉ CRÉATIVE

    La version Chevrolet du masque N95 paraît dure à l’ouvrage.

  • Autour du célèbre logo de Volkswagen, tout se joue dans la texture.

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR MARTIN AUBÉ, L’UNITÉ CRÉATIVE

    Autour du célèbre logo de Volkswagen, tout se joue dans la texture.

  • Mercedes-Benz montre un aspect plus technique.

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR MARTIN AUBÉ, L’UNITÉ CRÉATIVE

    Mercedes-Benz montre un aspect plus technique.

  • Le modèle Porsche est particulièrement fluide.

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR MARTIN AUBÉ, L’UNITÉ CRÉATIVE

    Le modèle Porsche est particulièrement fluide.

  • La version Audi dispose discrètement les quatre anneaux de la marque.

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR MARTIN AUBÉ, L’UNITÉ CRÉATIVE

    La version Audi dispose discrètement les quatre anneaux de la marque.

  • L’interprétation VUS (pour visière d’urgence sécuritaire) du masque Ford.

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR MARTIN AUBÉ, L’UNITÉ CRÉATIVE

    L’interprétation VUS (pour visière d’urgence sécuritaire) du masque Ford.

  • En bonus : un détail de la carte de vœux humoristique que Martin Aubé a envoyée à ses clients et amis en décembre 2019, retraçant les lointaines origines de l’abri d’auto hivernal.

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR MARTIN AUBÉ, L’UNITÉ CRÉATIVE

    En bonus : un détail de la carte de vœux humoristique que Martin Aubé a envoyée à ses clients et amis en décembre 2019, retraçant les lointaines origines de l’abri d’auto hivernal.

1/7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il a fait ici le trajet inverse : il a extrait l’ADN visuel de la marque automobile pour le restituer dans un dispositif de protection du visage.

L’aspect fonctionnel n’a pas été négligé. Les employés de la santé pourront aisément enfiler et retirer le dispositif, qui intègre à la fois le masque, la visière et le bonnet, réduisant d’autant les risques d’erreurs de manipulation, sources de contamination. Ils gagnent en outre un temps précieux.

Facile à laver, l’appareil serait constitué d’un assemblage de matériaux résistants, confortables et doux.

L’exercice n’est pas une caricature, soutient-il. « La priorité demeure le squelette humain. Ce sont les traits du visage qui guident l’application des caractéristiques de la marque. »

« Il y a un aspect humoristique à l’endroit de l’industrie automobile, reconnaît-il, mais c’est à 60 % sérieux. »

Tous ses croquis ont été réalisés à la main et colorés ensuite avec Photoshop, insiste-t-il. « Il n’y a rien de 3D là-dedans. »

Au terme de l’exercice, il s’est étonné de constater qu’il y avait consacré l’équivalent de trois semaines de travail. Sa manière d’exprimer son soutien au personnel de santé.