Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Un gestionnaire de portefeuille montréalais vient de faire de la Scotia son premier investissement dans une grande banque canadienne.

Lorne Steinberg, de la firme de gestion de patrimoine qui porte son nom, souligne dans sa lettre financière trimestrielle envoyée cette semaine à ses clients avoir « récemment » acheté des actions de la Scotia. Il explique avoir payé un prix raisonnable (10 fois les bénéfices) pour une « solide » entreprise offrant un rendement sur le dividende de 5 %. Il souligne d’ailleurs que ce dividende est appelé à être bonifié.

L’achat d’actions de la Scotia est selon lui un « exemple » démontrant qu’il devient de plus en plus fréquent d’identifier des titres attrayants au Canada.

***

L’investissement de type valeur a mauvaise presse ces temps-ci, selon Lorne Steinberg. Il cite notamment une critique récente du conglomérat Berkshire Hathaway – de Warren Buffett – par un fonds de couverture. « La dernière fois que j’ai entendu ce genre de “Buffett-Bashing”, c’était à l’époque de la bulle techno à la fin des années 90 lorsque les investisseurs “vedettes” étaient ceux qui détenaient de gros blocs d’actions de Nortel et de JDS Uniphase. »

***

La question avec Bombardier n’est plus de savoir quelle alternative stratégique sera dévoilée jeudi en même temps que les résultats de fin d’exercice, mais plutôt de savoir si elle décevra ou épatera les investisseurs.

***

Les deux dernières séances boursières ont été plutôt pénibles pour les actionnaires de Lightspeed. C’est peut-être le prix à payer quand on éblouit le marché trimestre après trimestre et qu’un jour, la performance est « seulement » conforme aux attentes. Si les prévisions présentées jeudi par la direction peuvent avoir déçu certaines personnes, d’autres diront que le « conservatisme » permettra peut-être de surpasser de nouveau les attentes pour épater la galerie dans trois mois. La réaction des marchés cette semaine semble claire : l’exécution doit être quasi parfaite, sans quoi on risque de subir les foudres des investisseurs.

***

Le spécialiste québécois de la transformation numérique des organisations Alithya vient encore de connaître une belle semaine en bourse après avoir annoncé lundi une autre petite acquisition.

***

Scotia Capital a lancé cette semaine le suivi officiel des activités de Savaria avec une recommandation d’achat. L’analyste Michael Doumet estime que le titre de l’entreprise de Laval spécialisée dans l’accessibilité pour personnes à mobilité réduite est relativement bon marché, que la dynamique du secteur d’activités est favorable et qu’il est possible d’améliorer les marges bénéficiaires. Il souligne également la feuille de route de création de valeur et la flexibilité financière significative de Savaria.

***

Les titres québécois d’iA Groupe financier (ex-Industrielle Alliance), BRP, CAE, Bellus, Couche-Tard, Innergex, Boralex et WSP ont atteint cette semaine un autre sommet de la dernière année en Bourse. À l’opposé, D-Box, Reitmans, Neptune, Résolu et Lassonde ont touché un nouveau plancher des 52 dernières semaines.