Alors que la possibilité de revoir des touristes étrangers au Québec semble encore bien loin à cause de la COVID-19, Club Med Québec Charlevoix, qui réitère son intention d’accueillir ses premiers vacanciers en décembre 2021, mise essentiellement sur une clientèle locale pour lancer ses activités.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

Si la multinationale s’attend à recevoir, dans ce village situé au pied de la station de ski Le Massif, près de 50 000 clients annuellement en provenance du Canada, des États-Unis, du Brésil et de l’Europe, elle semble pour le moment vouloir séduire les vacanciers d’ici. Parmi ses formules tout inclus, mises en vente jeudi, Club Med offre notamment des séjours de deux ou trois nuits. Il s’agit du premier village de montagne du Club en Amérique du Nord, un projet de 120 millions de dollars.

« Le contexte actuel de pandémie a rebattu un peu les cartes d’un point de vue des habitudes et des volontés de voyages de nos clientèles, a souligné Amélie Brouhard, vice-présidente Club Med Canada et Mexique, au cours d’une entrevue accordée en marge d’une visite virtuelle du nouveau site situé à Petite-Rivière-Saint-François. Ce qu’on voit, c’est un gros engouement pour le voyage [local]. Effectivement, parmi les 50 000 clients par année qu’on envisage pour le Club Med Québec Charlevoix, on pense que la proportion de clientèle canadienne et particulièrement québécoise sera d’autant plus forte la première année. »

Cette tendance vers le voyage plus local, en raison de la pandémie, a également été observée dans d’autres sites. « C’est certain que partout dans le monde où on a des villages qui sont adossés à un marché [intérieur], on a vu ce recentrage sur la clientèle locale, souligne Mme Brouhard. On a vu cette tendance-là. Elle restera certainement un peu. »

Surfer sur la vague de l’été 2020

Pour ce qui est de Charlevoix, le groupe, propriété du conglomérat chinois Fosun, mise sur la popularité de la région auprès des Québécois et sur l’engouement qu’elle a suscité au cours de l’été 2020.

On veut continuer à surfer sur la notoriété de la destination qui a été mise en lumière. C’est vraiment une tendance dont on pense qu'elle va nous aider à être performants dès l’ouverture.

Amélie Brouhard, vice-présidente Club Med Canada et Mexique

Dans une entrevue accordée à La Presse la semaine dernière, la ministre fédérale du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, avait tablé sur l’importance d’inciter les gens l’été prochain à voyager dans leur propre pays. « On va très certainement travailler à ce que les gens puissent découvrir leur pays. [Une fois les gens vaccinés], ça va être un endroit qui va être sécuritaire pour voyager, a-t-elle soutenu. On va vouloir [encourager] les gens à voyager au pays pour soutenir nos opérateurs touristiques, nos hôteliers et nos restaurants. Mon message sera toujours d’acheter local et de voyager local. »

Pour le moment, dans Charlevoix, près de 50 % de la construction du site a été achevée, informe Club Med. Lorsque les 302 chambres ainsi que les 3 restaurants seront prêts à accueillir les clients, est-on certain que les règles sanitaires permettront aux visiteurs de profiter des installations ? « On n’a pas de boule de cristal pour prédire l’avenir, admet Amélie Brouhard. On reste confiants sur notre capacité à avoir un taux d’occupation satisfaisant, et ce, dès la première saison. »

L’avènement du Club Med dans la région créera 325 emplois directs et 400 indirects.