C’est du rarement vu au Québec. La société d’exploration Minière Osisko a obtenu un résultat de forage de 90 kilos par tonne de minerai au gisement Windfall à 100 kilomètres à l’est de Lebel-sur-Quévillon, dans le Nord-du-Québec.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

« C’est effectivement un résultat remarquable : une concentration en or comme on en rencontre peu souvent en Abitibi », dit Michel Jébrak, professeur au département des sciences de la Terre et de l’atmosphère de l’UQAM, à qui La Presse a demandé de commenter.

Le forage de définition à la zone Lynx a livré les teneurs les plus élevées jamais obtenues à Windfall, soit 13 634 grammes d’or par tonne sur 2,0 m, dont 90 700 g/t sur 0,3 m. La junior a publié ces résultats mardi.

Minière Osisko (symbole OSK), qui ne doit pas être confondue avec Osisko société de redevances aurifères (symbole OR), a publié des photos impressionnantes de ses échantillons. « Je suis géologue de formation, et quand je vois une photo comme ça, je dis : tabarouette ! », lance Valérie Filion, directrice générale de l’Association de l’exploration minière du Québec (AEMQ). « L’or, ça reste de l’or », dit-elle pour expliquer sa réaction spontanée.

Le résultat spectaculaire annoncé [hier], certainement l’une des teneurs en or les plus élevées en termes de facteur métal (teneur × largeur) jamais publiées, continue de démontrer le caractère exceptionnel de Lynx en termes de teneurs élevées.

John Burzynski, chef de la direction d’Osisko

Ce ne sont pas les premiers résultats qui font écarquiller les yeux à Windfall. Le 10 août, Minière Osisko avait annoncé l’interception d’une teneur de 9 kilos d’or par tonne sur une épaisseur de 30 centimètres. « Notre programme de forage intercalaire continue de démontrer la robustesse de notre gisement, et confirme tant la continuité que la teneur élevée de la minéralisation à Windfall », a poursuivi M. Burzynski.

Le gîte aurifère Windfall est actuellement l’un des projets à l’étape des ressources avec les plus hautes teneurs en or au Canada et il est de calibre mondial, selon Osisko. La minéralisation se trouve dans trois zones : Lynx, Principale et Underdog.

Tomber sur une pépite d’or

« Une teneur de 90 kilos est exceptionnelle et n’est pas représentative de la teneur moyenne du gisement Windfall », prévient toutefois Mathieu Savard, président de Minière Osisko, que nous avons joint au téléphone.

« La teneur en or est sur 30 cm de longueur. Cela veut dire que le forage a croisé une jolie pépite d’or ; c’est rare et un peu anecdotique si cela ne se reproduit pas, explique le professeur Jébrak. Cela indique qu’il y a des concentrations d’or exceptionnelles dans ce gisement. »

Si de tels résultats de forage devaient se reproduire, cela pourrait permettre des bénéfices substantiels lors de la production. À voir. Une situation comparable s’observe dans les gisements de Red Lake, en Ontario, connu pour ses hautes teneurs.

Michel Jébrak, professeur au département des sciences de la Terre et de l’atmosphère de l’UQAM

Aux dernières nouvelles, Windfall compte 1 206 000 onces de ressources minérales indiquées et 3 938 000 onces dans la catégorie des ressources présumées. La teneur moyenne dépasse les 8 grammes d’or par tonne de minerai. « Le dépôt aurifère de Windfall a un statut de classe mondiale », insiste M. Savard.

Étude de faisabilité à venir

Osisko a acquis le projet en 2015. Il a depuis entrepris une série de campagnes de forage. La présente campagne sera complétée l’an prochain. La junior prévoit publier une étude de faisabilité de son projet minier à la fin de 2021 ou au début de 2022. Une étude économique préliminaire est parue en 2018. Environ 700 travailleurs s’activent sur le site, dont une centaine issus des Premières Nations. Après avoir dépensé 100 millions en 2020 sur le site, Mathieu Savard prévoit des dépenses du même ordre en 2021.

Le cours du titre est passé de 3,50 à 3,88 $, depuis mardi. Le titre a varié entre 1,67 $ à 4,85 au cours des 52 dernières semaines, une période marquée par une forte poussée du prix de l’or.

Le métal jaune a commencé l’année à 1500 $US l’once. Il a monté jusqu’à 2067 $US au début d’août pour ensuite reculer sous les 1780 $US fin novembre. L’once d’or se vendait autour de 1830 $US mercredi. À ce prix, le cours est en hausse de 22 % sur un an.

Cette hausse du prix de l’or a stimulé les dépenses d’exploration, soulignait mercredi l’Association de l’exploration minière du Québec. Elle s’attendait à ce que les financements de campagnes d’exploration dépassent les 600 millions en 2020. Une bonne année, c’est 500 millions en financements.