Les produits québécois recommencent à trouver preneur sur les marchés d’exportation, avec une deuxième augmentation consécutive en septembre.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

En dollars, les exportations du Québec ont augmenté de 6,2 % en septembre, après une hausse de 2,3 % en août, rapporte l’Institut de la statistique du Québec, surtout à cause des ventes aux États-Unis et à la Chine. Il s’agit d’une « excellente nouvelle » qui donne un point d’appui supplémentaire pour la relance de l’économie, a commenté l’économiste Hélène Bégin, de Desjardins.

La convalescence des exportations québécoises se poursuit à un rythme supérieur à celui de l’ensemble du pays. Les exportations canadiennes ont fait du surplace en août (0 %) et ont augmenté de seulement 1,2 % en septembre, selon Statistique Canada.

Malgré cette reprise, les exportations du Québec restent inférieures de 6,5 % à ce qu’elles étaient avant que la crise frappe en février. Depuis le début de l’année, les exportations sont encore en retard de 9,5 % à ce qu’elles étaient à la même période en 2019.

La croissance de septembre s’explique par des ventes accrues de carburants diesel et biodiesel, d’aéronefs, de viande de porc et d’électricité.

Les importations du Québec ont augmenté de 7,3 % en septembre comparativement au mois précédent, à cause notamment des achats de pétrole (+40 %) et de vin (+71,7 %). Les importations augmentent plus rapidement que les exportations et le Québec importe maintenant plus qu’avant la crise, en février.