(New York) Le gendarme américain des marchés financiers (SEC) a prévenu General Electric, en proie à des difficultés depuis plusieurs années, qu’il pourrait bientôt l’accuser officiellement d’avoir enfreint les règles comptables, a indiqué mardi le groupe industriel dans un document boursier.

Agence France-Presse

La SEC avait initialement engagé une enquête sur la façon dont le conglomérat inscrivait dans ses résultats financiers les contrats de services à long terme.  

L’agence a par la suite étendu son investigation à des charges exceptionnelles de plusieurs milliards de dollars annoncées par GE en 2018, une en janvier liée à son activité d’assurance et une autre en octobre liée à la dépréciation d’actifs d’Alstom.

La SEC a finalement prévenu l’entreprise fin septembre qu’elle envisageait de lancer des poursuites pour de possibles infractions aux lois boursières en ce qui concerne la charge liée à son activité d’assurance.  

GE, qui assure coopérer à l’enquête, a désormais la possibilité de se justifier officiellement avant que la SEC ne prenne une décision définitive.

Après une période difficile, marquée par l’éviction de deux PDG et de mauvais paris dans l’énergie, GE s’est lancé dans une cure d’amaigrissement et d’austérité faite de cessions et de dépréciations d’actifs.

Le groupe est parvenu à diminuer drastiquement ses pertes l’an dernier, enregistrant un déficit net de seulement 5,4 milliards de dollars, contre 22,8 milliards en 2018.

Mais GE, qui espérait repartir sur de bonnes bases en 2020, a été rattrapée par la pandémie. Lestée principalement par ses divisions dédiées à l’aviation et à l’énergie, la société a encore fait part d’une perte de 2,2 milliards de dollars au deuxième trimestre.