En l’espace de quelques jours, la firme britannique Pallinghurst a pris une position dominante dans les deux plus importants projets de minéraux stratégiques au coeur de la filière des batteries que le gouvernement du Québec veut développer.

Hélène Baril
Hélène Baril La Presse

Les actionnaires de Nouveau Monde Graphite ont approuvé jeudi le statut de « nouvel actionnaire dominant » de Pallinghurst, qui détient 19,9 % des actions de leur entreprise, avec une possibilité d’augmenter cette participation à 49,1 %.

Plus tôt cette semaine, on a appris que Pallinghurst deviendrait propriétaire des actifs de Nemaska Lithium à parts égales avec Investissement Québec. Le lithium et le graphite sont deux des minéraux stratégiques qui entrent dans la fabrication de batteries pour les véhicules électriques, une filière prometteuse dont le Québec pense pouvoir profiter.

Pour le moment, toutefois, les investisseurs ne se bousculent pas pour exploiter le potentiel minier québécois. Des mois de recherches pour trouver des investisseurs désireux de relancer Nemaska Lithium ont abouti à une seule proposition, celle de Pallinghurst.

De même, Nouveau Monde Graphite n’a pas eu le choix pour continuer à développer son projet de mine de graphite à Saint-Michel-des-Saints et d’usine de transformation à Bécancour. « On avait deux choix, soit mettre le projet au repos, soit s’associer avec quelqu’un qui avait déjà investi dans la compagnie », a expliqué Éric Desaulniers, le président et chef de la direction de Nouveau Monde Graphite à ses actionnaires.

On est chanceux d’avoir trouvé un investisseur de cette trempe-là.

Éric Desaulniers

Pallinghurst a acquis contre 15 millions une obligation dont le taux d’intérêt annuel est de 15 % et qui peut être convertie en actions. L’entreprise dispose d’options qui pourraient lui donner une participation de 49,1 % dans Nouveau Monde Graphite.

Pallinghurst a aussi obtenu pour 4 millions de dollars une redevance de 3 % sur les revenus nets de production de la future mine de graphite.

L’action de NMG valait jeudi 19 cents. Depuis un an, le titre a oscillé entre 12 et 27 cents.

Avancement

Le projet de mine de graphite et d’usine de transformation du minerai à Bécancour avance bien, a indiqué jeudi le président de l’entreprise, qui espère avoir le feu vert du gouvernement dans les prochaines semaines.

Le projet de mine à Saint-Michel-des-Saints divise la population en deux camps : les résidants, qui voient d’un bon œil cet investissement et les emplois qui seront créés, et les villégiateurs, qui s’opposent au bouleversement de leur environnement naturel.

Ces derniers, regroupés dans la Coalition des opposants à un projet minier en Haute-Matawinie, s’interrogent sur les intentions de Pallinghurst, entreprise dont on sait peu de chose.

Pourquoi Pallinghurst ?

Ugo Lapointe, de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, est lui aussi inquiet de voir que Pallinghurst vient de devenir l’actionnaire principal de Nouveau Monde Graphite, après avoir mis la main sur Nemaska Lithium. Il demande au gouvernement du Québec d’expliquer pourquoi Pallinghurst est le meilleur partenaire pour mettre en œuvre sa stratégie d’électrification et de filière des batteries.

Le porte-parole de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine craint que Nouveau Monde Graphite, dans laquelle Investissement Québec et la Caisse de dépôt ont investi, ne devienne la prochaine « patente à gosse » du Québec.

« Il est inacceptable de gaspiller autant de fonds publics dans des projets miniers mal ficelés », insiste Ugo Lapointe.

Le groupe que représente Ugo Lapointe a publié une liste de projets miniers en difficultés qui ont déjà englouti 1 milliard de fonds publics. En plus de Nemaska Lithium et de Nouveau Monde Graphite, la liste inclut Stornoway Diamond, Mine Orbite, North American Lithium et Mine Arnaud.

Qui est Pallinghurst ?

La firme se spécialise dans l’investissement minier et s’est concentrée récemment sur les matériaux de batteries pour véhicules électriques.

Fondée en 2006

Bureaux : Londres, Guernesey et, depuis peu, Montréal

Investissements : le site internet indique seulement trois entreprises comme faisant partie de son portefeuille : Nouveau Monde Graphite (graphite, Québec), Jupiter Mines (manganèse, Afrique du Sud) et Sedibelo (palladium, rhodium, Afrique du Sud).

Dirigeants : Brian Gilbertson, Arne Frandsen, Andrew Wills et Chris Shepherd. Arne Frandsen, qui est membre du conseil d’administration de Nouveau Monde Graphite, est un ancien banquier d’affaires qui a travaillé chez Goldman Sachs et JP Morgan.