(Montréal) La Banque de développement du Canada (BDC) s’engage à verser 160 millions aux entreprises riches en propriété intellectuelle, mais qui ont souvent du mal à accéder au capital.

La Presse canadienne

Cette enveloppe aidera les entreprises en favorisant la commercialisation, en accroissant leur compétitivité et en soutenant leur expansion à l’échelle internationale, a fait valoir jeudi, dans un communiqué, le vice-président de BDC Capital, Jérôme Nycz.

L’objectif de la banque dédiée aux entrepreneurs est de donner l’exemple et d’inspirer des intervenants aux vues similaires à soutenir un plus grand nombre d’entreprises et à faire du Canada un chef de file en propriété intellectuelle, a-t-il expliqué.

Les nouveaux fonds de BDC Capital fourniront un financement sous forme de dette subordonnée, de dette convertible et de capitaux propres pour accélérer le processus de commercialisation.

Le fonds ciblera les entreprises en expansion oeuvrant dans l’industrie du savoir, qui détiennent de riches portefeuilles de propriété intellectuelle, notamment en matière de brevets, de conception et de secrets industriels, et un chiffre d’affaires annuel d’au moins 1 million.

Selon une étude de 2017 de la banque marchande de propriété intellectuelle américaine Ocean Tomo, 83 % de la valeur des sociétés du S&P 500 provenait d’actifs corporels en 1975, mais en 2015, la situation était renversée et la proportion de la valeur provenant d’actifs incorporels comme la propriété intellectuelle était passée à 84 %.