Depuis juin 2018, tous les distillateurs du Québec ont le droit de vendre leurs bouteilles sur les lieux de fabrication. Or, même si la Société des alcools du Québec (SAQ) n’intervient pas dans la vente du produit, elle touche une majoration qui équivaut presque au double de ce que reçoit l’artisan. Plusieurs distilleries locales sont à bout de souffle.

Ève Dumas
Ève Dumas La Presse

En mai 2019, la société d’État a annoncé qu’elle diminuait sa majoration de 2,07 $. « C’était une belle opération de relations publiques », affirme Jean-François Cloutier, président de l’Association des microdistilleries du Québec (AMDQ) et copropriétaire de la Distillerie du St. Laurent.

« Mais cette annonce de diminution de la majoration de la SAQ pour la vente en distillerie est fallacieuse, explique M. Cloutier. Peu importe le prix de vente du produit, ce montant de 2,07 $ par bouteille demeure le même pour le producteur, mais la part de la SAQ, elle, augmente toujours.

« Une transaction par carte de débit ou de crédit nous coûte 2,65 % du montant [soit 1,30 $ pour une bouteille à 48,75 $ comme le gin St. Laurent]. Le reste des 2,07 $ doit donc servir à payer les employés, les améliorations locatives et autres frais reliés à la boutique. » Pour une distillerie, il serait finalement moins avantageux de vendre sur place qu’en SAQ.

Le calcul

Reprenons l’exemple du populaire gin St. Laurent. La distillerie vend chaque bouteille 13,65 $ au monopole, qui la revend 48,75 $. La SAQ en retire 21,54 $ (contre 23,61 $ lorsque le produit est vendu dans une de ses succursales). La différence, dans ce cas-ci 11,49 $ (soit 48,75 $ moins 13,65 $, moins 21,54 $, moins les fameux 2,07 $ qui retournent à la distillerie), sert à payer la taxe d’accise, la taxe spécifique sur l’alcool, la TPS et la TVQ.

« La marge perçue par la SAQ pour les ventes en succursale est tout à fait normale, croit M. Cloutier. À la Distillerie du St. Laurent, nous exportons maintenant dans 10 pays et les marges sont approximativement les mêmes partout. Le service rendu pour la distribution, l’entreposage et la vente au détail justifie cette majoration. Mais pour la vente à la propriété, c’est autre chose. La SAQ ne touche même pas au produit. »

À la société d’État, on affirme avoir diminué la majoration pour la vente en distillerie le plus possible, en déduisant transport et manipulation.

Tous les spiritueux qui passent par la SAQ ont la même majoration, peu importe d’où ils viennent. Nous avons signé des accords internationaux qui nous empêchent de favoriser qui que ce soit.

Linda Bouchard, du service des affaires publiques de la SAQ

La parité exigée

« À l’AMDQ, ce qu’on demande, c’est que les distilleries aient l’équité avec les autres producteurs d’alcool de la province, comme les vignobles, les cidreries et les microbrasseries », dit Jean-François Cloutier.

La Loi sur le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales avait permis, à l’été 2017, l’ajout d’une catégorie « alcools et spiritueux » au permis d’artisan détenu par des vignobles, des cidreries, des acériculteurs et des apiculteurs. Ces derniers, dont font partie les Vergers Lafrance, Entre Pierre et Terre, le Vignoble Ste-Pétronille, Monna & Filles ainsi qu’une quinzaine d’autres producteurs artisanaux, peuvent vendre directement à la propriété sans payer la majoration de la SAQ.

Mais un producteur céréalier qui voudrait faire du whisky ou un distillateur très motivé qui voudrait acheter des champs pour faire pousser son orge, son maïs ou son seigle ne pourrait malheureusement pas le faire sous permis d’artisan, les céréales n’étant pas légalement reconnues comme matière première admissible. Il faut un permis industriel pour faire du whisky, même lorsqu’on n’en produit que 850 bouteilles par an !

PHOTO FOURNIE PAR CIRKA

Les distilleries québécoises comme Cirka, Maison Sivo, St. Laurent, La Société secrète, Les Subversifs et une cinquantaine d’autres sont donc prises avec un permis de fabricant industriel, le même que possèdent des géants internationaux comme Diageo et Sazerac.

Les distilleries québécoises comme Cirka, Maison Sivo, St. Laurent, La Société secrète, Les Subversifs et une cinquantaine d’autres sont donc prises avec un permis de fabricant industriel, le même que possèdent des géants internationaux comme Diageo et Sazerac.

Jean-François Cloutier donne un exemple de disparité qui illustre bien la situation. « L’érablière possédant un permis d’artisan qui décide de s’acheter un alambic et de faire son Acerum [alcool d’érable dont le nom est en voie de devenir une appellation réservée] pourra vendre son produit 25 ou 30 $, parce que presque tout le profit lui revient. À la Distillerie du St. Laurent, on est très artisanaux aussi, mais parce qu’on a un permis industriel, on est soumis à la majoration de la SAQ et on doit vendre notre Acerum 69 $. »

De l’autre côté de la frontière

Jonathan Roy est copropriétaire de la distillerie Fils du Roy, près de Rivière-du-Loup. Sa famille possède aussi une distillerie au Nouveau-Brunswick, où, jusqu’à tout récemment, le monopole Alcool NB permettait aux distillateurs locaux de faire de bonnes affaires.

« Là-bas, on est rendus à notre sixième phase d’agrandissement, raconte l’Acadien. On est partis d’une petite distillerie de 30 pieds sur 30 pieds. On a doublé l’espace plancher trois années de suite. On a acheté de l’équipement pour brasser, un alambic à whisky. On a encore agrandi l’espace pour faire un chai et ouvrir un lieu d’accueil pour les visiteurs. Cette année, on construit une malterie pour malter notre grain, puis un bar extérieur. »

Pendant ce temps, à la distillerie Fils du Roy québécoise, les affaires se développent très, très lentement. L’hiver, on ne se donne même pas la peine d’ouvrir la boutique. À quoi bon faire un effort pour attirer les gens à la distillerie ?

Plus à l’est, près de Percé, La Société secrète est devenue un véritable pôle d’attraction. Les produits de la distillerie sont presque toujours en rupture de stock, tant à la SAQ que dans la boutique de l’ancienne église anglicane transformée en temple de fermentation et de distillation.

Malgré l’engouement, Mathieu Fleury, Amélie-Kim Boulianne, Michaël Côté et Geneviève Blais se paient un salaire d’à peu près 350 $ par semaine chacun. Les quatre associés de La Société secrète travaillent pourtant d’arrache-pied pour produire et commercialiser du gin, de l’Acerum, du whisky et d’autres alcools ultra-artisanaux, élaborés du grain (ou du sirop d’érable) à la bouteille.

« Les gens viennent nous voir sur place et ils pensent que ce sera moins cher qu’à la SAQ. Mais non. Il faut leur expliquer comment ça fonctionne. Même si le produit n’a pas du tout transité par la SAQ, que c’est nous qui payons tous les frais d’exploitation de notre boutique, le salaire de la personne qui fait les ventes, etc., chaque trimestre, on envoie un gros chèque à la SAQ », déplore Mathieu Fleury.

Une loi qui ne favorise pas l’artisan

« Ce que la loi actuelle nous dit, c’est qu’on n’en veut pas, de spiritueux artisanaux, au Québec. Pour être capable de survivre, une distillerie doit miser sur le volume », déclare Jean-François Cloutier, de l’AMDQ. Voilà qui explique en partie pourquoi nombre de distilleries québécoises se tournent vers une base d’alcool de grain neutre achetée toute faite en Ontario, à la raffinerie Greenfield.

Paul Cirka, qui produit de la vodka, du gin et du whisky à partir de céréales locales, à Montréal, donne l’exemple de la Colombie-Britannique. « Dès le départ, le gouvernement a décidé de soutenir l’économie locale et a dit aux distillateurs que s’ils achetaient leurs céréales dans la province et travaillaient à la manière “grain-to-bottle”, aucune majoration ne serait appliquée. Aujourd’hui, 90 % des distilleries de la Colombie-Britannique produisent leur alcool de base elles-mêmes. »

Au Québec, on est bien loin de ce pourcentage.

Le PAPAQ

Le Programme d’aide au positionnement des alcools québécois (PAPAQ), qui relève maintenant du ministère de l’Économie et de l’Innovation, est une manière d’encourager les distilleries travaillant partiellement ou entièrement avec des ingrédients québécois. L’aide varie de 4 à 14 % des ventes nettes (+ 2 $ pour les spiritueux vieillis trois ans ou plus). Bientôt deux ans après avoir obtenu le droit de vendre sur place, les distilleries attendent encore leur chèque du PAPAQ pour cette partie des ventes. La Société secrète, qui vend un grand nombre de bouteilles dans la boutique de sa distillerie, près de Percé, a bien hâte que la situation se règle. Cela dit, le président de l’Association des microdistilleries du Québec, Jean-François Cloutier, a bon espoir d’avoir l’oreille du ministre Pierre Fitzgibbon dans le dossier du développement de son industrie.