Le contrat de vente conclu par Hydro-Québec avec le Nouveau-Brunswick prévoit un prix de l’électricité qui variera dans le temps avec la valeur marchande de la Nouvelle-Angleterre, additionné d’une prime. Le prix de départ de ce contrat d’une durée de 20 ans est de 5 cents le kilowattheure, selon un calcul préliminaire.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

Pour la société d’État, ce sont des revenus supplémentaires de 100 millions par année, a indiqué son président-directeur général, Éric Martel, lors de l’annonce de l’entente avec le Nouveau-Brunswick. Ce sera probablement plus, soit 125 millions par année, a précisé après coup Hydro-Québec.

Énergie NB, la société d’État du Nouveau-Brunswick, achètera 47 térawattheures d’électricité québécoise pendant la durée du contrat ou 2,5 térawattheures (ou milliards de kilowattheures [kWh]) par année. Si les revenus annuels atteignent 125 millions, ça donne un prix de départ de 5 cents le kilowattheure.

« Il s’agit d’un prix avantageux pour les deux parties », a dit Maxence Huard-Lefebvre, porte-parole d’Hydro-Québec.

« Le prix de vente par kilowattheure est basé sur le prix spot du marché de la Nouvelle-Angleterre, auquel s’ajoute une prime selon le moment où la demande d’achat nous est soumise. Cette prime a été fixée de manière à être mutuellement avantageuse pour les deux parties, en comparaison à si Énergie NB achetait aux États-Unis et si Hydro-Québec vendait aux États-Unis. »

Ce prix de départ de 5 cents n’est pas le prix que paiera le consommateur d’électricité du Nouveau-Brunswick. Il s’agit d’un prix de gros, auquel d’autres coûts doivent être ajoutés, notamment les coûts de distribution.

Les clients d’Énergie NB paient actuellement 11,18 cents le kilowattheure (plus une redevance d’abonnement). L’entente avec Hydro-Québec ne fera pas baisser ce tarif, mais permettra de limiter les hausses futures, a indiqué Gaëtan Thomas, PDG d’Énergie NB.

Un calcul différent

Le contrat à long terme conclu avec le Nouveau-Brunswick est différent de celui signé avec l’État du Massachusetts, qui porte sur une quantité plus importante d’énergie, soit 9,45 térawattheures par année.

Il s’agit d’un contrat à prix fixe, établi à 4,8 cents US pour l’électricité et 1,1 cent US pour le transport, pour un prix de gros total de 5,9 cents le kilowattheure. Les consommateurs de Boston, à qui est destinée cette énergie, paient plus de 30 cents US le kilowattheure.

Hydro-Québec a obtenu un prix de plus ou moins 4 cents (en dollars canadiens) le kilowattheure pour ses exportations en vrac sur le marché de la Nouvelle-Angleterre en 2019.