La crise liée à la fuite de renseignements personnels au Mouvement Desjardins entraîne le départ de deux membres de la garde rapprochée du PDG Guy Cormier.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Denis Berthiaume, premier vice-président exécutif et chef de l’exploitation du Mouvement Desjardins, et Chadi Habib, premier vice-président, technologies de l’information, ne font plus partie de l’organisation.

La décision a été prise après « quelques mois de vérifications internes » entourant la fuite de données révélée en juin, a indiqué la coopérative dans un communiqué. Au final, les données personnelles des 4,2 millions de particuliers membres de Desjardins ont été dérobées.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Denis Berthiaume, ancien vice-président exécutif et chef de l’exploitation

« La confiance que j’accorde aux membres de mon comité de direction est essentielle, a commenté Guy Cormier dans le communiqué de mardi. Les événements des derniers mois m’amènent à la conclusion qu’il faut apporter des changements dans la composition de la haute direction du Mouvement Desjardins. »

Il n’a pas été possible de parler à Guy Cormier pour obtenir plus de détails sur la réorganisation de son équipe. « Nous n’accorderons pas d’entrevue et ne ferons pas de commentaires », a fait savoir la porte-parole Chantal Corbeil.

« C’est clairement des congédiements. Il n’y a pas d’autres façons de le dire », commente Claude Garcia, ex-président de Standard Life et administrateur de sociétés. « Guy Cormier veut leur faire porter le fardeau du problème », ajoute-t-il.

« Ils [Denis Berthiaume et Chadi Habib] vont avoir de la difficulté à se trouver un autre emploi de même niveau. Quand vous êtes à ce niveau-là, les gens disent qu’ils sont bien payés, mais ils avaient de grandes responsabilités. C’est normal qu’ils assument ces responsabilités si effectivement ils sont responsables. Je n’ai pas de raison de douter de la bonne foi de Guy Cormier et du conseil d’administration », affirme Claude Garcia.

Pour cet observateur avisé du monde des affaires, il ne fait aucun doute que Guy Cormier a dû convaincre le conseil d’administration qu’il fallait faire ce geste. « Car le conseil doit être certain que ce n’est pas une façon pour lui de se sortir du trou. Il a fallu que Guy Cormier monte un dossier pour montrer que ces deux personnes-là étaient vraiment responsables. C’est une question de gouvernance. »

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Chadi Habib, ancien premier vice-président des technologies de l’information

Pour Claude Garcia, les événements des derniers mois chez Desjardins démontrent qu’il y avait de « grosses faiblesses » au sein de l’organisation et que de « graves erreurs » ont été commises.

Le vol de données des clients de Desjardins aurait été commis par l’entremise d’une simple clé USB sur laquelle on a téléchargé les fichiers. 

À la Standard Life, dit-il, des cas de fraude « pas mal plus sophistiqués » ont été découverts alors qu’il était dirigeant. « On avait engagé une firme dont le mandat était de défoncer notre système. Ils finissent toujours par défoncer. Mais une fois que c’est fait, tu en corriges, des affaires. »

À ce compte-là, le départ de Chadi Habib n’est pas étonnant, selon lui. « Ça ne me surprend pas. »

Des dirigeants choisis par Guy Cormier

Denis Berthiaume et Chadi Habib avaient spécifiquement été choisis par Guy Cormier pour faire partie du comité de direction après son élection à la tête du Mouvement Desjardins, il y a trois ans. Il avait nommé Denis Berthiaume premier vice‐président exécutif et chef de l’exploitation avec pour mandat de superviser l’ensemble des opérations du Mouvement. M.Berthiaume cumulait une vingtaine d’années de service chez Desjardins.

À titre de premier vice-président, technologies de l’information, Chadi Habib assumait notamment le co-leadership de la transformation numérique, un virage visant à faire évoluer les services offerts aux membres et clients de Desjardins. Il travaillait chez Desjardins depuis huit ans et il relevait directement de Denis Berthiaume.

L’ancien patron du Mouvement Desjardins Alban D’Amours s’est dit très surpris quand La Presse lui a appris la restructuration. « Guy Cormier est en mesure de prendre les mesures qui s’imposent », a-t-il ajouté sans toutefois vouloir commenter davantage.

Réal Bellemare, qui occupait le poste de premier vice-président exécutif finances, trésorerie, administration et chef de la direction financière, est désigné pour prendre la relève de Denis Berthiaume. Il assurera aussi, par intérim, les responsabilités de premier vice-président technologies de l’information.

Réal Bellemare aura aussi comme responsabilité de mettre en place un Bureau de la sécurité pour notamment mettre en œuvre des stratégies en matière de sécurité, assurer la protection des membres et clients, de leurs actifs et de leurs renseignements personnels, et mettre en place un processus de reddition de comptes sur la sécurité, aligné sur les meilleures pratiques.

Il n’a pas été possible d’obtenir des commentaires de MM. Berthiaume et Habib hier.

L’enquête policière sur le vol de données chez Desjardins se poursuit toujours. Les autorités n’ont toujours effectué aucune arrestation. 

La crise des données personnelles en quelques dates

JEUDI 20 JUIN 2019

En conférence de presse, le président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, annonce le vol dans ses systèmes informatiques de renseignements personnels concernant 2,9 millions de membres-clients du géant financier coopératif.

Desjardins avait été informé de ce vol massif de données, attribué à un employé à l’interne, par la police de Laval à la suite de son enquête sur une transaction suspecte qui lui avait été signalée à la fin de 2018.

VENDREDI 5 JUILLET 2019

Le président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, fait part publiquement de son insatisfaction envers la firme de dossiers de crédit Equifax, qui a été mandatée pour fournir un service de surveillance et de protection des dossiers de crédit des membres de Desjardins touchés par le vol de renseignements personnels.

LUNDI 15 JUILLET 2019

Afin de « diminuer le niveau d’inquiétude » chez les membres touchés par la fuite de renseignements personnels, le Mouvement Desjardins bonifie les mesures de protection contre les transactions frauduleuses par vol d’identité parmi l’ensemble de ses 4,9 millions de membres particuliers et de ses 300 000 membres entreprises.

LUNDI 12 AOÛT 2019

Dans ses résultats de deuxième trimestre, le Mouvement Desjardins comptabilise une charge spéciale de 70 millions pour couvrir les premiers coûts liés à la fuite massive de renseignements de 2,9 millions de membres des caisses populaires. La fuite de renseignements avait été divulguée par Desjardins à 10 jours de la terminaison comptable de son deuxième trimestre au 30 juin.

VENDREDI 1er NOVEMBRE 2019

À la stupéfaction générale, le Mouvement Desjardins annonce que c’est l’ensemble de ses 4,2 millions de membres particuliers qui ont été victimes de la fuite de renseignements. « C’était important pour nous d’informer nos membres le plus rapidement possible », dira le président Guy Cormier, quelques minutes avant de prononcer un discours devant la Chambre de commerce de Montréal.

MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Le Mouvement Desjardins remanie sa haute direction et justifie son geste par le vol massif de renseignements personnels ayant touché ses 4,2 millions de membres particuliers. Denis Berthiaume, qui était numéro deux en tant que premier vice-président exécutif et chef de l’exploitation, ainsi que Chadi Habib, qui était premier vice-président des technologies de l’information, partent. « La confiance que j’accorde aux membres de mon comité de direction est essentielle », fait valoir le président, Guy Cormier, dans un communiqué.