Le conseil de la Caisse de dépôt et placement dit avoir déjà lancé, avec l’aide d’une firme internationale, « un processus de sélection rigoureux afin de trouver la meilleure personne pour diriger » la Caisse, dans l’objectif d’une nomination au début de 2020. Voici quelques noms qui pourraient faire partie de la discussion, même s’il est « possible que la personne choisie ne soit pas connue de nous tous », a indiqué hier le ministre des Finances Eric Girard. 

R. Dufour, M.-C. Lortie, I. Massé, D. Lessard, J.-P. Décarie et H. Baril
La Presse

Louis Vachon

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Louis Vachon

De multiples sources indiquent que Louis Vachon est intéressé par la fonction. Son nom circule beaucoup à Québec et dans les milieux d’affaires. Il dirige la Banque Nationale depuis une douzaine d’années déjà et il est de notoriété publique que l’homme de 57 ans a un intérêt à l’égard du développement économique et social du Québec. La Banque Nationale n’a pas souhaité commenter, hier. Cela dit, est-ce que l’échéancier serré (Sabia part en février) pourrait nuire à sa candidature ? On ne sait pas où en est exactement la conversation entre le conseil d’administration de la banque et Louis Vachon sur le moment de passer le témoin à un successeur. Un plan de relève est toutefois en place et des candidats ont déjà été ciblés à l’interne, selon nos informations.

Charles Émond

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Charles Émond

Il a le profil de l’étoile montante, entend-on. Le candidat de l’interne est-il cependant prêt à assumer une fonction aussi publique que celle de PDG de la Caisse ? Cet homme de 47 ans n’est à la Caisse que depuis neuf mois. En février, il est devenu vice-président et chef des investissements au Québec, succédant à Christian Dubé, aujourd’hui président du Conseil du trésor. Charles Émond est aussi responsable de la planification stratégique globale de la Caisse. M. Émond a passé près de 20 ans à la Banque Scotia, où il a notamment piloté l’acquisition de la firme de gestion d’actifs Jarislowsky Fraser l’an dernier.

Jean Raby

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Jean Raby

Jean Raby est depuis trois ans chef de la direction de la société française de gestion de portefeuille Natixis Investment Managers, qui se classe parmi les 15 plus importantes firmes d’investissement au monde avec des actifs sous gestion de 900 milliards d’euros. Originaire de Québec, spécialiste en droit des affaires et diplômé des universités Laval, Cambridge et Harvard, Jean Raby vit en France depuis 1992, où il a occupé plusieurs postes de direction à la banque d’investissement Goldman Sachs avant de devenir chef de la direction financière du fabricant mondial d’équipements de télécommunications Alcatel-Lucent. En 2009, au sortir de la crise financière, Jean Raby aurait démontré son intérêt pour le poste de PDG de la Caisse de dépôt et placement qui a été attribué à Michael Sabia.

Nathalie Palladitcheff

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Nathalie Palladitcheff

Plusieurs femmes occupent des fonctions importantes à la Caisse de dépôt, dont Nathalie Palladitcheff, PDG d’Ivanhoé Cambridge, l’importante filiale immobilière de la Caisse. Une source qui a déjà fait partie de la direction de l’institution nous indique qu’elle a les atouts pour faire partie de la discussion sur la succession de Michael Sabia. Par ailleurs, cinq femmes font actuellement partie du comité de direction de la Caisse, notamment la chef de la direction financière et de l’exploitation, Maarika Paul.

Monique Leroux

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Monique Leroux

L’ancienne PDG du Mouvement Desjardins est aujourd’hui présidente du conseil d’Investissement Québec et conseillère stratégique chez Fiera Capital. « Elle a tout ce qu’il faut pour cette position. Personne n’a cette feuille de route », nous dit le président d’une firme de recherche de cadres de Montréal, dans la foulée de la déclaration du ministre Eric Girard sur la possibilité d’une femme comme successeur de Michael Sabia. 

Macky Tall

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Macky Tall

Macky Tall, PDG de CDPQ Infra et chef des marchés liquides de la Caisse, pourrait être un autre aspirant. C’est à lui qu’on a confié la mise en place du REM. À la Caisse depuis 2004, il a contribué à la mise en place du virage vers des investissements dans les installations portuaires, les autoroutes, les transports collectifs et le transport d’énergie.

Sophie Brochu

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Sophie Brochu

Le départ inopiné de Michael Sabia donne du poids à la rumeur qui veut que Sophie Brochu le remplace. La présidente et chef de la direction d’Énergir a elle aussi annoncé un départ imprévu pour la fin de l’année. Le président du conseil d’administration de la Caisse de dépôt, Robert Tessier, est une sorte de mentor pour Sophie Brochu, avec qui il a travaillé chez Soquip et qui l’a embauchée chez Gaz Métropolitain, avant de lui en laisser la direction. C’est le conseil d’administration de la Caisse qui choisira le successeur de M. Sabia. Sophie Brochu, 56 ans, a piloté la transformation du distributeur de gaz naturel au Québec en entreprise qui produit de l’énergie verte avec des projets d’expansion des deux côtés de la frontière. Sophie Brochu, dont les talents de leadership sont reconnus au-delà de l’entreprise qu’elle dirige depuis 12 ans, est devenue une voix respectée au sein de la communauté d’affaires québécoise.