Après 33 ans dans le réseau de la santé, Nathalie veut retourner aux études à 55 ans pour travailler en comptabilité.

Isabelle Dubé Isabelle Dubé
La Presse

La situation

Nathalie a un poste dans le réseau public depuis 33 ans. Les sept dernières années ont cependant été consacrées à sa tâche de représentante syndicale. Ses fonctions se terminent en décembre 2019 et elle n’a pas l’intention de retourner à son ancien poste.

« Je ne tiens pas à me rendre malade en restant dans le secteur de la santé. L’environnement de travail est malsain, relate-t-elle. Après une absence de sept ans dans mon domaine, je devrais me remettre à jour et ce serait pour travailler une courte période. Je peux avoir ma pleine pension après 35 ans de service en février 2021. »

La dame de 55 ans souhaite plutôt obtenir une attestation d’études collégiales en comptabilité, une formation à distance, et s’inscrire à un cours en fiscalité de 78 heures donnée par H&R Block.

« Je ne suis pas mûre pour la retraite. Avec cette formation, je pourrais demeurer quelques années sur le marché du travail en étant commis-comptable ou technicienne en comptabilité. »

La future étudiante se demande quelle est la meilleure stratégie pour financer son année d’études. Prendre une retraite anticipée à la fin de 2019 avec une rente diminuée ? Demander un congé sans solde d’un an ? Utiliser ses REER et CELI ? Nathalie ne peut pas compter sur son conjoint pour l’aider financièrement. Il a été malade ces dernières années et s’est endetté.

Les outils

Parmi toutes les possibilités pour structurer ses revenus lors d’un retour aux études, le Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) doit être considéré en premier lieu estime Pierre-Raphaël Comeau, conseiller expert en gestion de patrimoine pour la gestion privée de la Banque Laurentienne. « C’est un trop beau programme pour passer à côté », souligne-t-il.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Pierre-Raphaël Comeau, conseiller expert en gestion de patrimoine pour la gestion privée de la Banque Laurentienne

Le REEP permet de retirer des montants de son REER pour financer ses études ou celle de son conjoint sans payer d’impôts. Le remboursement s’échelonne sur une période de 10 ans. Il est possible de retirer jusqu’à 10 000 $ par année pour un maximum de 20 000 $.

« Pour utiliser le REEP, il faut être considéré à temps plein par l’établissement d’enseignement, précise Pierre-Raphaël Comeau. Madame devrait s’inscrire à temps plein dès maintenant. »

Ça tombe bien ! Les inscriptions au cégep pour la formation à distance se terminent le 31 octobre. Nathalie pourra donc utiliser le REEP en 2019 pour une session à temps plein et une deuxième fois en 2020 pour une autre à temps plein.

La stratégie

Pour optimiser le REEP, Pierre-Raphaël Comeau propose à Nathalie de prendre son CELI de 10 000 $ et de le déposer dès aujourd’hui dans un REER.

« Elle laisse dormir le REER 90 jours, explique-t-il, et ensuite, en montrant sa preuve d’étudiante à temps plein, elle fait un REEP avec ce REER avant la fin de 2019. Elle aura alors des fonds pour étudier, mais aussi un remboursement.

Cette stratégie ne pourra toutefois pas être utilisée en 2020, car Nathalie n’a pas assez d’espace REER et elle n’aura pas de revenu en 2020. Sans revenu, cotiser à un REER n’est pas utile.

Outils supplémentaires

Si Nathalie opte pour un congé sans solde d’un an, ce serait une excellente solution selon le conseiller expert, car ce congé lui permettra d’éviter des pénalités sur sa rente. L’étudiante sans revenu devra trouver des liquidités pour subvenir à ses besoins.

Pierre-Raphaël Comeau suggère, dans un premier temps, de vérifier si sa banque offre un congé de paiement d’hypothèque, lors d’un retour aux études. Dans un deuxième temps, il conseille de vérifier si la période d’amortissement de l’hypothèque pourrait être allongée à 30 ans, et ce, sans pénalité.

“Ce qui fait des paiements moins grands, dit-il. Quand elle aura terminé ses études et qu’elle aura de nouveau un salaire, elle fera un budget et payera ce qui lui reste en faisant par exemple des doubles paiements. Pour l’instant, je veux lui donner un peu d’air pendant que ses revenus sont à zéro.”

Pierre-Raphaël Comeau croit que Nathalie devrait aussi essayer d’obtenir une marge de crédit hypothécaire.

“Ses prêts REER sont en train de l’étouffer, affirme-t-il. Avec une marge de crédit hypothécaire, elle pourra avoir un meilleur taux. Un 2 % de différence et elle épargne 800 $ par année.”

N’avoir aucun revenu en 2020 permettra à Nathalie de retirer un REER de 20 000 $ sans être imposée. La banque va retenir de l’impôt à la source sur le retrait, mais elle sera remboursée lorsqu’elle remplira sa déclaration de revenus au printemps 2021.

Son statut d’étudiante à temps plein lui fera bénéficier de crédits d’impôt pour les frais de scolarité, d’une déduction pour les mois en formation et d’un montant pour les manuels scolaires. Certains montants pourront être reportés l’année suivante, quand elle aura des revenus, ou utilisés dans la déclaration de revenus du conjoint.

Étudier sans sacrifier sa retraite

Le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) de Nathalie est une des pièces maîtresses de sa planification de retraite et il ne faut pas la mettre en péril, soutient Pierre-Raphaël Comeau. “On a longtemps appelé ce type de fonds de pension une prison dorée, car ce sont les dernières années qui sont les plus rentables.”

“Si elle prend sa pension maintenant, elle sera pénalisée pour le restant de sa vie, poursuit-il. Elle le ferait pour avoir du revenu en 2020 et ce n’est pas une bonne idée, car il y a d’autres solutions.”

Pierre-Raphaël Comeau insiste : Nathalie doit contribuer à son régime de retraite pendant son congé sans solde pour s’assurer d’avoir accès à sa pension sans pénalité. La bonne nouvelle, c’est qu’elle peut attendre son retour au travail pour le faire en janvier 2021. Elle n’aura pas à payer ce 5000 $ durant son année scolaire sans revenu.

En diminuant certaines dépenses comme les sorties, les voyages et les vêtements, elle pourra équilibrer son budget et utiliser des REER qu’elle a sortis pour racheter son année.

Selon Pierre-Raphaël, Nathalie doit trouver un moyen de revenir de façon progressive au travail afin de compléter les deux mois de travail qui lui permettront d’atteindre les 35 ans.

Cette différence de 5000 $ par année de la rente fera en sorte que la cotisation de 5000 $ au régime pendant le congé sans solde sera payée en une année.

Les chiffres de Nathalie, 55 ans

Salaire annuel actuel : 86 000 $
Salaire habituel : 61 000 $
Valeur de la maison : 286 500 $
Hypothèque : 56 120 $ (amortissement restant : 18 ans à 3,29 % jusqu’en décembre 2022)
CELI : 12 855 $
REER : 158 541 $
Compte courant : 5000 $
Fonds de pension : RREGOP
Décembre 2019 : 49 900 $
Février 2021 : 55 200 $
Espace REER : 14 076 $
Prêts REER à 6,2 % : 47 292 $

Prix des formations

Formation en fiscalité donnée par H&R Bloc de 78 heures en 13 semaines : 343,78 $
AEC en comptabilité, cégep à distance, 10 cours, 555 heures :
Droits de scolarité : 1110 $
Prix du matériel : 1020 $
Droits d’inscription, afférents et autres : 165 $
Droits d’admission : 30 $
Association étudiante (3 sessions) : 37,50 $
Total des frais de scolarité estimés : 2706,28 $