On en parle peu parce qu’elles sont loin. Mais des PME francophones ont fleuri un peu partout au Canada.
Au programme cet été : tourisme entrepreneurial !
Aujourd’hui : le fabricant de poulaillers sur pâturage Ukkö Robotics, de Winnipeg (et Notre-Dame-de-Lourdes), au Manitoba

Marc Tison Marc Tison
La Presse

Curieuse idée. Imaginez (si possible) un poulailler roulant de 200 poulets qui se déplace seul dans un joli pré verdoyant grâce à l’énergie solaire.

Curieuse idée aussi que celle de la Montréalaise Katrina Jean-Laflamme : « Je suis déménagée au Manitoba en 2016, après mes études. »

Jusqu’à ce qu’on apprenne que son conjoint Daniel Badiou est né au Manitoba, qu’ils se sont rencontrés durant leurs études en génie mécanique à Polytechnique Montréal, et qu’ils se sont installés dans sa province natale pour que la deuxième idée aide à concrétiser la première.

Une étable mobile

Le poulailler mobile ROVA 200 d’Ukkö Robotics se présente comme un cube aplati de 18 pi de côté, muni de roues orientables sur ses quatre coins taillés à angles vifs. Il s’agit en fait d’un enclos mobile, sans plancher et couvert d’un toit.

« ROVA est une étable connectée, autonome et modulaire, qui permet aux animaux à l’intérieur d’avoir accès aux pâturages frais en tout temps, décrit Daniel Badiou. Elle est munie d’une dizaine de capteurs environnementaux pour permettre le meilleur réglage de la température à l’aide des murs à rabats qui ouvrent et ferment sur les côtés. »

PHOTO FOURNIE PAR UKKÖ ROBOTICS

Le 16 mai dernier, Daniel Badiou et Katrina Jean-Laflamme ont remporté le prix Innovation lors de la finale régionale pour les Prairies des prix Startup Canada. 

L’engin se déplace toutes les quatre heures, pour offrir aux animaux un nouveau carré d’herbe. Il est muni de caméras intérieures et d’une réserve d’une semaine en eau et en grains. Avec une application mobile, l’éleveur contrôle la consommation et planifie la trajectoire du poulailler.

« Un bip est émis cinq secondes avant que la machine bouge, décrit Katrina Jean-Laflamme. Les poulets, avec le temps, savent que quand ils entendent le bip, ils doivent se diriger vers le mur où ça bouge pour avoir de l’herbe fraîche. »

Ukkö, en mythologie finnoise, c’est le dieu de l’agriculture. On n’est pas finnois, mais on trouvait ça cool.

Katrina Jean-Laflamme

Le temps des foins

Katrina avait demandé par courriel s’il était possible de reporter au mercredi l’entrevue prévue lundi. « Nous sommes présentement dans le temps des foins et nous faisons des ballots lundi et mardi toute la journée. »

L’explication est venue ledit mercredi. « On a besoin du garage de mon père pour construire les ROVA, a révélé Daniel. On habite avec eux pour le moment. En retour, on l’aide à faire les foins. »

Daniel Badiou a grandi sur la ferme laitière familiale, dans la petite commune francophone de Notre-Dame-de-Lourdes, 120 km à l’ouest de Winnipeg. L’ancêtre Badiou, venu de France, s’y était établi en 1912.

Il a fait ses études primaires et secondaires en français.

« Quand j’étais jeune, on n’avait pas d’automatisation sur la ferme, raconte-t-il. On n’avait jamais de vacances. Quand j’ai grandi, je me suis dit : il faut que je change quelque chose sur la ferme. Il faut un peu plus de flexibilité. »

Ce fut une de ses motivations à étudier en génie.

« Chaque été, je revenais au Manitoba et j’avais toujours de petits projets. Un de ceux-là était d’élever des poulets. »

Son père n’y croyait pas. « Il m’a dit : “Non, j’ai fait ça quand j’étais jeune et c’était bien trop d’ouvrage.” J’ai répondu : “Ça va être mieux, ça va être plus facile.” »

Fleur de bitume

Katrina et Daniel ont fondé Ukkö Robotics en 2016, dès la fin de leurs études.

Arrachée au bitume montréalais, Katrina s’est trouvée transplantée dans le sol fertile des plaines manitobaines. « Ce n’est pas un choc, mais c’est un grand changement, reconnaît-elle. Surtout quand je suis arrivée, j’ai vécu un an sur la ferme. J’ai appris à travailler sur une ferme. Et mystérieusement, Daniel et sa famille m’ont donné la passion de la ferme. Ça fait partie de moi à présent. »

Elle a aussi découvert une communauté francophone vivante et dynamique. Notre-Dame-de-Lourdes compte près de 700 âmes, pratiquement toutes francophones.

« J’ai été surprise quand je suis déménagée ici. Beaucoup de gens parlent français au Manitoba. »

Les deux ingénieurs ont construit sept prototypes, conçus pendant l’hiver et testés durant les trop courts étés, pour arriver au produit actuel.

PHOTO FOURNIE PAR UKKÖ ROBOTICS

ROVA est destiné à l’élevage en pâturage. Les poulets – premiers bénéficiaires du concept – se nourrissent du grain distribué par l’appareil, ainsi que des insectes et de l’herbe du sol.

« C’est avec le temps, et en élevant des milliers de poulets avec ces machines, qu’on a été capables de voir quel était le système optimal », décrit Daniel Badiou.

Ils ont ainsi investi 500 000 $ en quatre ans, d’abord avec leurs fonds propres et l’aide de leurs familles, puis avec le soutien d’anges investisseurs et la prévente de leurs appareils.

Les modèles définitifs seront présentés le 10 septembre à la foire Canada Outdoor Farm Show à Woodstock, en Ontario, et seront mis sur le marché au printemps.

« La prochaine année, on espère vendre au moins une centaine de machines », annonce Katrina.

« À la fin de 2020, on sera en Amérique du Nord, ajoute Daniel. À la fin de 2021, c’est le marché européen. Et 2022, c’est la Nouvelle-Zélande et l’Australie. »

Le programme semble ambitieux.

« Étant donné que la machine peut être vendue démontée dans une boîte, on peut l’expédier facilement n’importe où », réplique l’ingénieur.

La très, très petite maison dans la prairie.

La production en série sera faite à Winnipeg, où les entrepreneurs ont ouvert un petit bureau en février 2018.

Le couple avait alors installé en périphérie de la ville la petite maison mobile montée sur remorque qu’il avait fabriquée sur la ferme familiale.

Il y habite toujours.

Mesurant à peine 8 pi sur 30 pi (240 pi2), elle est aussi autonome que le poulailler. « On vit à l’énergie solaire et on a de l’eau pour un mois à l’intérieur, indique Katrina. On se déplace avec les poulets. Nos ROVA sont plus grosses que notre maison ! »

C’est vrai ! Leur plus grand modèle, d’une superficie de 540 pi2, pourra accueillir entre 200 et 300 heureux volatiles.

Le père de Daniel a été un très proche témoin de l’évolution du concept. « Au fil des années, je l’ai convaincu que ROVA, c’est la façon d’élever des poulets, rigole l’ingénieur. Et maintenant, il veut deux machines ! »

Ukkö Robotics en bref

Fondation : 2016
Fondateur : Daniel Badiou et Katrina Jean-Laflamme
Activités : fabrication de poulaillers et d’étables mobiles
Siège social : Winnipeg
Employés : 3

Manitoba

Population : 1 278 365
Langue maternelle française : 40 520 (3 %)
Connaissent le français : 109 945 (9 %)

Notre-Dame- de-Lourdes

Population : 688
Langue maternelle française : 670
Source : recensement de 2016