Source ID:04eb8a7eda7631979105c2dec6bfa933; App Source:StoryBuilder

Sun Life acquiert le 1250, René-Lévesque

Le rôle d'évaluation foncière de la Ville de... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le rôle d'évaluation foncière de la Ville de Montréal attribue une valeur de 418 millions de dollars au 1250, boulevard René-Lévesque Ouest. Sa facture de taxes municipales s'élève à 15 millions.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

L'assureur-vie Sun Life confirmera prochainement l'achat du 1250, boulevard René-Lévesque, un gratte-ciel de 47 étages au centre-ville, selon plusieurs sources. Le prix payé ira jusqu'à 605 millions.

Selon nos informations, Sun Life fera équipe avec sa filiale immobilière Bentall Kennedy pour acquérir l'une des tours les plus convoitées du centre-ville. La transaction sera notariée dans les prochains jours. Les courtiers sont CBRE et RBC. Les vendeurs sont Oxford et Investissements PSP. Oxford appartient à OMERS, la caisse de retraite des employés municipaux de l'Ontario, tandis que PSP est le gestionnaire d'actifs des régimes de retraite des fonctionnaires fédéraux.

Un article de Bloomberg paru fin mars a rapporté essentiellement les mêmes informations.

Investissements PSP est également le principal locataire de la tour. Les autres locataires majeurs sont PwC, le Collège des médecins et Air Liquide Canada, a-t-on écrit en janvier dernier dans un article annonçant la mise en valeur de l'actif.

« C'est un actif de première classe, dit Laurent Benarrous, associé chez Avison Young à Montréal, qui a accepté de donner son avis sur le 1250. Il est certainement très prisé par les locataires dans le marché et il a gagné de l'attrait au fil des ans notamment avec la construction d'immeubles de qualité dans le même secteur : la Cité du commerce électronique, la tour Deloitte et l'Avenue, entre autres. »

Le rôle d'évaluation foncière de la Ville de Montréal attribue une valeur de 418 millions de dollars au 1250, boulevard René-Lévesque Ouest. Sa facture de taxes municipales s'élève à 15 millions.

Un appel fait chez Bentall vendredi est resté sans réponse.

Le 1250 au lieu du 1000

Bentall avait tenté auparavant d'acquérir le 1000, rue De La Gauchetière, en vain. Une entente conditionnelle était tout de même survenue entre le vendeur, Ivanhoé Cambridge, Bentall et l'archevêché, qui détient une emphytéose sur le terrain. L'Église n'a toutefois pas rempli les conditions et l'entente est devenue caduque.

Le 1000 est en effet construit sur un terrain appartenant à l'Église. Il reste moins d'années à courir au bail de longue durée. Pour l'archevêché, il est plus intéressant d'avoir une rente annuelle sous forme de loyer que de recevoir une somme qu'il faudra ensuite placer à un taux de rendement aussi intéressant pour le même type de risque, ce qui peut être compliqué à trouver de nos jours, avait-on écrit à l'époque pour expliquer les hésitations du clergé à se départir de l'emphytéose.

« Nous allons conserver l'immeuble qui a livré de bonnes performances ces dernières années. Nous poursuivrons notre très bonne collaboration avec l'archidiocèse pour le succès futur de l'actif », a dit Sébastien Théberge, porte-parole d'Ivanhoé Cambridge.

En acquérant le 1250, boulevard René-Lévesque, anciennement connu sous le nom de Tour IBM Marathon, Bentall fait la bonne affaire en devenant propriétaire d'un des plus beaux gratte-ciel de Montréal, sans avoir à vivre avec les inconvénients d'une emphytéose comme au 1000, rue De La Gauchetière.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer