Les syndiqués de l'Aluminerie de Bécancour, en lockout depuis 14 mois, se réuniront à compter de 13 h pour étudier et se prononcer sur l'offre de la direction « pour mettre fin au conflit de travail » - une offre qui est assortie d'un protocole de retour au travail.

LIA LÉVESQUE LA PRESSE CANADIENNE

Le lockout des 1030 travailleurs, membres du syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, avait été décrété le 11 janvier 2018 à 3 h du matin, après qu'ils eurent rejeté l'offre... finale de l'employeur.

Au départ du conflit, les deux principaux points en litige étaient le régime de retraite et le respect du critère de l'ancienneté dans les mouvements de main-d'oeuvre.

Fait exceptionnel, la direction d'ABI a dévoilé publiquement le contenu de son offre, du moins en partie, en publiant un communiqué de presse lundi dernier. Elle y avait précisé son offre salariale, soit en moyenne 2,55 % d'augmentation par année. Toutefois, elle restait muette sur le régime de retraite.

Le président de la section locale 9700 du syndicat des Métallos, Clément Masse, a affirmé que cette offre comprenait « de nombreuses concessions supplémentaires » par rapport à l'offre finale de décembre 2017 qui avait été rejetée par les travailleurs - ce qui avait mené au déclenchement du lockout.

Il n'a pas voulu dire publiquement s'il recommanderait l'offre à ses membres ou s'il resterait neutre.