Le fonds québécois Cycle Capital recevra 20 des 50 millions de dollars accordés aujourd’hui par Ottawa dans le cadre d’une initiative pour dynamiser l’industrie du capital de risque.

Jean-François Codère
La Presse

Le gouvernement canadien doit dévoiler aujourd’hui, à Vancouver, la liste des trois fonds qui ont été sélectionnés dans le cadre du troisième volet de l’Initiative de catalyse du capital de risque.

Ce volet s’adressait particulièrement aux fonds spécialisés en technologies propres. Cycle Capital, qui se présente déjà comme le plus important fonds de ce type au pays, s’y verra accorder 20 millions de dollars. Ceux-ci s’ajouteront aux quelque 109 millions du plus récent fonds de Cycle Capital.

« Ça nous emmène autour de 130 millions, alors qu’on en souhaiterait environ 150, c’est un grand pas », a réagi Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée directrice de Cycle Capital.

« Cycle Capital a une longue feuille de route consacrée aux technologies propres », a pour sa part justifié la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, Mary F.Y. Ng. L’un des critères principaux de sélection était l’impact environnemental, note Mme Ng.

« Mais nous voulions aussi accroître l’équilibre hommes-femmes. Il n’y a pas beaucoup d’argent investi dans des entreprises fondées par des femmes, ou dans des fonds gérés par des femmes. »

Or, c’est justement l’une des forces de Cycle Capital, a noté la ministre. Les 20 millions recueillis devront obligatoirement être investis dans des entreprises canadiennes.