• Accueil > 
  • Affaires 
  • > Un accord clôt des poursuites contre Apple, Google, Intel et Adobe 
Source ID:; App Source:

Un accord clôt des poursuites contre Apple, Google, Intel et Adobe

Une plainte, déposée en 2011, accusait plusieurs entreprises... (PHOTO ROBERT GALBRAITH, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Une plainte, déposée en 2011, accusait plusieurs entreprises technologiques d'avoir avec leur accord nui aux carrières et aux perspectives salariales de plusieurs de leurs salariés.

PHOTO ROBERT GALBRAITH, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SAN FRANCISCO

Les géants technologiques Apple, Google, Intel et Adobe ont signé un accord pour mettre un terme à des poursuites les accusant en Californie d'avoir formé une entente illégale pour ne pas débaucher leurs salariés respectifs.

Une plainte, déposée en 2011, accusait plusieurs entreprises technologiques d'avoir ainsi nui aux carrières et aux perspectives salariales de plusieurs de leurs salariés.

Apple, Google, Intel et Adobe ont mis un terme à ces poursuites en signant un accord avec les avocats des plaignants, selon un communiqué d'un tribunal de San Francisco. Aucun détail n'a filtré sur d'éventuelles indemnisations.

Trois autres groupes visés dans cette affaire -- Intuit, Lucasfilm et Pixar -- qui avaient signé un accord mettant fin aux poursuites les visant pour 20 millions de dollars en juillet 2013. Cet accord concernait alors 8% des salariés concernés par la plainte en nom collectif, laissant penser que les indemnisations mises en place dans l'accord annoncé jeudi pourraient être bien plus élevées.

La plainte accusait les hauts dirigeants des entreprises concernées «d'avoir élaboré un réseau interconnecté de pactes explicites pour éliminer toute concurrence entre eux sur les travailleurs qualifiés». Les sociétés ayant adhéré à ces «pactes» devaient ne pas tenter de recruter leurs employés respectifs, se prévenir si jamais elles faisaient une offre à un salarié d'un autre groupe et ne pas faire de contre-offre si un employé négociait avec l'une d'elles.

«L''effet espéré -- et réel -- de ces accords a été de contrôler les salaires des employés et d'imposer des limites illégales à leur mobilité», toujours selon cette plainte.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer