L'ex-conseillère financière Carole Morinville, qui plaide non coupable à des accusations criminelles de fraude passibles de 14 ans de prison, doit revenir en cour le 18 mai prochain.

Mis à jour le 31 mars 2011
Vincent Brousseau-Pouliot
Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

> Suivez Vincent Brousseau-Pouliot sur Twitter

Ce matin, la Couronne a dévoilé une partie de la preuve contre la femme de 50 ans, accusée d'avoir orchestré une fraude à la Ponzi de 3,5 millions de dollars auprès d'une quarantaine d'investisseurs, dont l'actrice Karine Vanasse. La Couronne dévoilera la dernière partie de la preuve lors de l'audience du 18 mai.

Depuis le début des procédures criminelles, Carole Morinville a comparu à la Cour par le biais de son avocate, comme la loi le lui permet. Si la cause se rend à procès plus tard cette année, l'accusée a l'intention de témoigner, selon son avocate Éliane Hogue. « Elle a hâte de donner sa version des faits, dit-elle. Ce n'est pas tout blanc ni tout noir. »

En février, Carole Morinville a été accusée de fraude, de fabrication de faux documents et d'entrave à la justice, des accusations passibles de 14 ans de prison. Son adjointe Annie Berger, 31 ans, a été accusée de fabrication de faux documents et d'entrave à la justice, ce qui pourrait lui valoir jusqu'à 10 ans de prison.