Après s'être fait tordre le bras pour soutenir l'économie lors de la crise financière de 2008, le gouvernement conservateur estime maintenant que son programme d'investissement dans les infrastructures est un des plus ambitieux de l'histoire du Canada, et qu'il a été un franc succès.

Mis à jour le 23 mars 2011
Hélène Baril
Hélène Baril LA PRESSE

«Les importantes mesures de stimulation, prises en temps opportun, ont suscité une hausse notable des investissements des administrations publiques dans les infrastructures», s'est réjoui le ministre des Finances dans son budget d'hier.

James Flaherty estime que 7,5 milliards de plus que si rien n'avait été fait ont pu être investis d'un océan à l'autre. C'est grâce à ces investissements dans des immeubles, des ponts et des routes que le Canada a connu la plus forte progression de l'emploi post-récession de tous les pays industrialisés.

Alors que le programme fédéral s'achève - il prendra fin le 31 octobre, après avoir été prolongé de six mois -, Ottawa concrétise son engagement d'assurer un financement stable pour les infrastructures municipales.

Comme promis, donc, une loi donnera une permanence au Fonds de la taxe sur l'essence, qui met 2 milliards par année à la disposition des villes canadiennes pour le maintien de leurs infrastructures, comme elles le réclamaient.

Rien pour le pont Champlain

D'autres projets ponctuels d'infrastructures reçoivent le soutien financier du gouvernement fédéral, mais rien n'est prévu pour la construction d'un pont pour remplacer l'actuel pont Champlain.

Le budget d'hier se contente de répéter l'annonce faite la semaine dernière par l'administration fédérale des ponts de Montréal pour répondre à la vague d'inquiétude soulevée par la publication d'études sur le piètre état du pont Champlain.

Ottawa entend verser 228 millions en 3 ans à la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain «pour financer des travaux de réparation et d'entretien de grande envergure», mais il n'est pas question d'un nouveau pont.

Par contre, le gouvernement fédéral est prêt à verser 1 milliard pour financer la construction d'un nouveau pont international entre Windsor, en Ontario, et Detroit, et des voies d'accès devant relier l'autoroute 401 à ce nouveau lien international.