L'accident nucléaire à la centrale de Fukushima 1 au Japon pourrait avoir des répercussions négatives sur les exploitants de centrales et les fournisseurs d'équipements nucléaires, ont estimé jeudi les agences de notation financière Fitch et Standard and Poor's (S&P).

Publié le 17 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Cet accident «pourrait avoir des conséquences d'une portée considérable pour les exploitants nucléaires en Europe et pour les marchés de l'électricité dans leur ensemble», estime S&P dans une note.

«L'incident au Japon est susceptible de réduire l'acceptation de la population en faveur de l'énergie nucléaire et d'entraver la renaissance de l'énergie nucléaire (...) en Europe», ajoute l'agence.

S&P estime notamment que les coûts d'exploitation des centrales nucléaires existantes et de construction de nouveaux réacteurs devraient augmenter pour tenir compte des nouvelles règles de sûreté qui seront mises en place.

L'agence n'envisage pas d'abaisser la note des exploitants européens de centrales nucléaires en l'état actuel des choses.

Elle remarque cependant que «dans le pire des scénarios», les exploitants nucléaires allemands (Eon, RWE, EnBW et Vattenfall) pourraient avoir à supporter la taxe nucléaire allemande, la hausse des coûts de sûreté, sans profiter de l'extension de la durée de vie des centrales prévue jusqu'à présent.

Fitch remarque pour sa part que la France devrait poursuivre sa politique nucléaire actuelle et qu'EDF ne devrait pas subir de changement dans ses activités nationales.

«Cependant, les activités internationales d'EDF, GDF Suez et Areva peuvent toujours être affectées négativement par les conséquences des événements au Japon», souligne Fitch.

L'agence note que 18 projets de construction de réacteurs sont affectés par des décisions politiques de révision des règles de sûreté au Royaume-Uni, en Suisse, en Finlande et en Bulgarie.

«Fitch s'attend dorénavant à des retards considérables dans la construction de nouveaux réacteurs en raison des changements des contraintes réglementaires et des impératifs de sûreté», indique l'agence.