L'homme d'affaires Perry Newman, soupçonné d'une fraude chez les juifs orthodoxes, finançait son train de vie avec l'argent des investisseurs, comme le faisait Earl Jones.

Francis Vailles
Francis Vailles LA PRESSE

C'est ce qu'affirme l'avocat Neil Stein, qui a eu copie des états de compte bancaires de l'entreprise de M. Newman, appelée Dover Financial Corp. Neil Stein représente la principale investisseuse dans cette affaire, Edith Olanoff.

«Toutes les dépenses quotidiennes de M. Newman étaient payées par Dover, dont les fonds provenaient directement des investisseurs», a dit M. Stein, au cours d'un entretien téléphonique.

L'avocat indique entre autres que les droits de scolarité universitaires des trois enfants de M. Newman, aux États-Unis, ont été entièrement payés par Dover. Perry Newman a également acheté certains bijoux à sa femme à même l'argent des victimes, a dit M. Stein. La dame en question est toutefois disposée à remettre ces bijoux.

La femme d'affaires Edith Olanoff, rappelons-le, a découvert dernièrement que les 7,5 millions US qu'elle a confiés à Perry Newman avaient disparu. L'argent avait supposément été investi par l'entremise du courtier américain FC Stone depuis cinq ans. Or, les états de compte mensuels remis à Mme Olanoff par M. Newman, avec l'en-tête FC Stone, sont tous des faux, lui a appris le courtier.

En plus de Mme Olanoff, une dizaine d'investisseurs auraient placé des fonds avec M. Newman, à hauteur de 125 000$ à 500 000$. Tous les investisseurs qui se sont manifestés à ce jour sont des juifs orthodoxes de la région de New York, bien que M. Newman réside à Hampstead, dans l'île de Montréal.

Hier, le tribunal a accepté de mettre en faillite Perry Newman et son entreprise, Dover Financial Corp. Edith Olanoff espère que ces faillites lui permettront de récupérer une partie de ces fonds. C'est la firme RSM Richter qui devient le syndic de ces faillites, le même qui a chapeauté le dossier d'Earl Jones, de Norshield et de Norbourg.

Hier, deux policiers du Service de police de Montréal (SPVM) assistaient aux audiences. Une plainte contre M. Newman a d'ailleurs été formellement déposée.

La nouvelle publiée la semaine dernière dans La Presse a créé une onde de choc dans la communauté juive orthodoxe. Perry Newman, lui-même pratiquant, était bien connu dans la communauté. Samedi, il s'agissait d'un sujet chaud à la synagogue de la rue Baily, dans Côte-Saint-Luc.

Récemment, l'un des fils de Perry Newman a épousé l'une des membres de la famille de Russel Galbut, magnat de l'immobilier américain. Le mariage a été célébré à Miami avec faste. Russel Galbut est le propriétaire de Crescent Height, l'un des plus importants promoteurs immobiliers en Amérique du Nord.