Une étude obtenu par le Ottawa Citizen démontre qu'un peu moins d'une pompe sur 20 est défavorable aux consommateurs.

Olivier Bourque

Les pompes à essence donneraient parfois moins de carburant que le prix indiqué.

C'est ce qu'indique un article du quotidien Ottawa Citizen qui a obtenu une étude réalisée par le gouvernement fédéral en vertu de la Loi d'accès à l'information.

L'étude, réalisée entre 1999 et 2007, démontre qu'un peu moins d'une pompe sur 20 est défavorable aux consommateurs.

Mesures Canada, l'organisme qui veille à la précision des instruments de mesures employés dans différents commerces au pays, a constaté que 4,9% des 200 000 pompes inspectées donnent moins de carburant que le prix affiché.

Toutefois, souligne l'étude, les erreurs seraient plutôt mineures. Par exemple, pour le plein du véhicule, cela représenterait environ un écart de 30 à 60 cents.

À l'inverse, l'étude indique que 1,7% des pompes donnent plus de carburant.

L'article du quotidien d'Ottawa a rebondi, lundi, aux Communes, à Ottawa.

Questionné à ce sujet par le chef du NPD, Jack Layton, le ministre de l'Industrie, Jim Prentice, à la tête du ministère qui dirige les services de Mesures Canada, a indiqué que des inspections supplémentaires seront prévues dans les prochains mois.

Les amendes seront aussi augmentées. Un détaillant fautif devra dorénavant payer une amende de 10 000$ lors d'une première offense. En ce moment, l'amende était plutôt de 1000 $.