(Rome) Une détonation entendue jeudi en Méditerranée, en Toscane et sur l’île française de Corse, et qu’un certain nombre d’autorités et d’habitants ont d’abord attribuée à un tremblement de terre, pourrait avoir été causée par la chute d’une météorite, ont déclaré vendredi des experts.

La ville de Campo nell’Elba, sur l’île touristique italienne d’Elbe, au large de la Toscane, a déclaré sur Facebook qu’une station de repérage proche avait « capté un évènement sismique et acoustique ressenti par tout le monde » à 10 h 30 (heure de l’Est) jeudi.

« Deux secousses importantes », enregistrées sur le « sismomètre de Corte » (Haute-Corse) ont été ressenties jeudi à 10 h 30 (heure de l’Est) « d’une manière faible à modérée sur toute la façade orientale corse », du Cap Corse à la plaine orientale, a précisé vendredi à l’AFP Baptiste Vignerot, directeur régional du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de Corse.

Elles n’ont fait « aucun dégât », a-t-il ajouté.  

Ces secousses, longues « d’un peu moins d’une minute avec ensuite une propagation d’une onde pendant 45 secondes », « ne sont pas en lien, a priori, avec un mouvement tellurique, donc avec un séisme puisque la forme des signaux ne correspond pas à ce qu’on a habituellement », a-t-il ajouté.

Cela « fait vraiment penser à des mouvements d’air type supersoniques » comme « quand des avions passent le mur du son, sauf que là, ça paraît vraiment fort pour un avion supersonique », a-t-il dit.

Cela peut être causé par « tout un tas de phénomènes », dont une « explosion sous-marine ou aérienne », mais une « source naturelle est quand même privilégiée », a-t-il précisé, jugeant « possible », « l’hypothèse d’avoir un bolide ou un astéroïde » (une météorite est un fragment d’astéroïde, NDLR).  Un bolide est le phénomène lumineux provoqué par l’entrée dans l’atmosphère à haute vitesse d’un météore.

« On peut avoir des secousses avec des ondes comme cela quand des astéroïdes rentrent dans l’atmosphère et se désintègrent dans la haute atmosphère », mais « jamais aussi fortes », a-t-il ajouté, parlant d’un « gros évènement » dont la « probabilité d’occurrence est extrêmement faible » et qui « n’a pas été mesuré » précédemment « surtout dans la région ».

Le président du gouvernement régional de Toscane, Eugenio Giani, avait tout d’abord déclaré qu’il s’agissait d’un tremblement de terre, avant de faire marche arrière après que l’Institut national de géophysique et de volcanologie (INGV) italien eut balayé cette hypothèse.  

De son côté, l’armée de l’air italienne a indiqué à M. Giani n’être en rien impliquée.

« Le type d’évènement à l’origine d’une secousse » ressentie « sur toute la côte toscane et dans certaines zones intérieures n’est pas encore confirmé », a écrit M. Giani sur les réseaux sociaux.

Ce qui a été à l’origine de la secousse se déplaçait à une vitesse de 600 kilomètres par seconde, ont précisé l’institut de géophysique de la région et l’université de Florence dans un communiqué.

« L’hypothèse d’une météorite entrant dans l’atmosphère semble la plus probable et correspond aux données enregistrées », ont estimé ces sources.

Ce n’est pas la première fois que de mystérieuses détonations sont entendues sur l’île d’Elbe, précise le journal italien Corriere della Sera. Des évènements similaires survenus en 2012, 2016 et 2023 n’ont pas encore été expliqués.