(Halifax) Les pompiers canadiens qui s’apprêtent à partir en Australie pour lutter contre les incendies dévastateurs pensent qu’ils devront probablement avoir recours à des tactiques différentes de celles qu’ils utilisent pour combattre les flammes dans l’est du Canada.

La Presse canadienne

À Halifax, les trois premiers des 69 nouveaux experts canadiens qui se dirigent vers l’Australie ont expliqué mercredi que les températures plus chaudes et les conditions plus sèches requièrent des mesures différentes de celles utilisées pour les incendies de la côte Est, où l’eau est abondante et la progression des flammes plus lente.

Paul Schnurr, un agent de formation au ministère des Terres et des Forêts de la Nouvelle-Écosse, souligne que les conditions météorologiques, la topographie et l’écologie différentes en Australie influencent le comportement des incendies de forêt. Mais il assure que les Canadiens sont formés pour travailler avec toutes ces variables.

Ce vétéran de la lutte contre les flammes rappelle que les feux de brousse australiens peuvent se propager rapidement en raison du manque d’humidité, et les tactiques d’intervention incluent souvent l’utilisation soutenue d’équipement lourd pour dégager des espaces vides dans le paysage.

M. Schnurr fait partie d’un contingent d’experts canadiens qui se dirigent vers Vancouver pour ensuite atterrir à Melbourne plus tard cette semaine dans le cadre d’un déploiement d’un mois.

Le Centre interservices des incendies de forêt du Canada a annoncé que 27 membres du personnel de gestion des incidents partiraient pour Melbourne jeudi, suivis par deux autres gestionnaires des incidents et 40 pompiers au cours du week-end.

Il s’agit de la sixième vague de Canadiens déployés en Australie, portant leur nombre total à plus de 160.