(Ottawa) Le gouvernement fédéral confie les commandes de l’Agence spatiale canadienne (ASC) à Lisa Campbell. Elle devient la première femme à se hisser à ce poste.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

La nouvelle patronne de l’agence fédérale arrive du ministère des Anciens Combattants, où elle était sous-ministre déléguée avant sa nomination. Avocate de formation, elle a aussi occupé dans le passé les fonctions de sous-ministre adjointe à l’approvisionnement maritime et de défense, où elle dirigeait l’acquisition de matériel pour les forces militaires et maritimes du Canada.

L’expertise que Lisa Campbell a acquise en matière d’approvisionnement de défense s’avérera un « atout précieux, puisqu’elle dirigera certains des projets d’approvisionnement clés du secteur spatial », a plaidé le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, dans un communiqué. « Elle possède l’expérience et les compétences voulues pour guider l’Agence dans ses explorations futures », a-t-il ajouté.

Elle fait son entrée à l’ASC alors que le Canada a fait de la participation au projet de station spatiale lunaire Gateway, la prochaine grande mission internationale d’exploration spatiale habitée, pièce maîtresse de la nouvelle stratégie spatiale qui a été dévoilée au printemps 2019. Le Canada doit fournir un système robotisé intelligent, le Canadarm3, à ce chantier dirigé par les États-Unis.

Créée en mars 1989, l’ASC est un organisme fédéral chargé de gérer tous les volets civils des activités du Canada dans l’espace. Son siège social est situé dans l’arrondissement de Saint-Hubert, à Longueuil, au Québec. Depuis 2015, son dirigeant était Sylvain Laporte, à qui Lisa Campbell succédera donc en devenant, du même coup, la première femme à se retrouver au poste de numéro un.

Selon le bureau du ministre Bains, la nouvelle dirigeante est bilingue, et elle sera basée à Saint-Hubert.