(Paris) Les passagers du vol Air France 853 Cayenne-Paris ont vécu un grand moment d’émotion en observant aux premières loges une vue unique du décollage d’Ariane 5.

Agence France-Presse

Après trois reports, la fusée Ariane 5 a pu décoller samedi depuis Kourou, en Guyane française, et mettre en orbite deux satellites de télécommunications et un ravitailleur, selon une retransmission sur le site d’Arianespace.

« Dans le cadre de cette mission, trois satellites ont été embarqués à bord de la fusée Ariane 5 la plus performante jamais lancée, démontrant ainsi la compétitivité de nos solutions de lancement et notre capacité à innover en continu », se réjouit Stéphane Israël, Président exécutif d’Arianespace dans un communiqué.

Pour ce vol, la capacité d’emport d’Ariane 5 a été augmentée de 85 kg.

Le lanceur lourd européen s’est arraché du sol à 19 h 04, heure de Kourou, pour une mission d’environ 48 minutes, du décollage jusqu’à la séparation des satellites.

Le lancement, initialement programmé pour le 28 juillet, avait une première fois été repoussé « afin de procéder à des inspections techniques complémentaires », puis à nouveau à cause « d’un comportement anormal d’une sonde dans le réservoir hydrogène liquide de l’étage principal cryotechnique ». Et une troisième fois, jeudi, pour des « conditions défavorables de vent en altitude ».

Reprise des activités

Arianespace signe là son premier lancement depuis le gel des activités du port spatial européen décrété mi-mars par le Centre national d’études spatiales (CNES) en raison de la COVID-19.

Une fusée européenne Vega devait décoller mi-juin, mais le lancement a dû être reporté plusieurs fois à cause de conditions météo particulièrement défavorables. Son lancement est maintenant programmé pour le 1er septembre, a annoncé samedi Stéphane Israël.

Ariane 5 emporte avec elle deux satellites de télécommunications (Galaxy 30 et BSAT-4b) au profit des opérateurs Intelsat et B-SAT et un véhicule de maintenance de satellites (MEV-2) pour SpaceLogistics LLC qui doit s’arrimer à un autre appareil déjà en orbite (Intelsat 10-02).

« Une fois arrimé, il contrôlera l’orbite du satellite client à l’aide de ses propres propulseurs. Après sa mission pour Intelsat 10-02, MEV-2 se désarrimera et se tiendra à disposition du véhicule d’un autre client », avait précisé Arianespace dont c’est le premier lancement d’un véhicule de maintenance satellitaire.

Ce lancement était le 109e d’Ariane 5, le troisième d’Ariane 5 en 2020 et le troisième de l’année au Centre spatial guyanais (CSG), rappele le Cnes.