Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

Des caméras sur le dos d’insectes

Des chercheurs ont conçu des caméras si petites et légères qu’elles peuvent être installées sur le dos de coléoptères. Il s’agit avant tout d’un exploit technologique : à cause des piles, il est très difficile de concevoir des caméras si légères (celle-ci pèse à peine 250 milligrammes, soit 10 fois moins qu’une carte à jouer). L’invention, décrite dans la revue Science Robotics, pourrait permettre de mieux étudier le comportement des insectes, ou alors être installée sur de très petits robots. « La vision est si importante pour les communications et la navigation, mais il est extrêmement difficile de le faire à si petite échelle. En conséquence, avant notre travail, la vision sans fil était impossible pour de petits robots ou des insectes », a commenté l’un des auteurs, Shyam Gollakota, dans un communiqué publié par l’Université de Washington.

Quiz sciemce

Q. Pourquoi les Américains aiment-ils les fusils ?

IMAGE FOURNIE PAR BOINE ET AL.

Réponse :

Ça dépend. Au Vermont, c’est pour la chasse et les usages récréatifs (comme tous les États en rouge sur la carte). Au Texas, c’est pour l’autodéfense (États orange). Mais au Massachusetts, c’est par conviction que toute menace contre le deuxième amendement de la Constitution américaine est une atteinte à la liberté elle-même et sera suivie d’autres restrictions (États en bleu). Cette découverte, publiée dans Humanities & Social Sciences Communications, montre que la culture américaine des armes à feu est multiple.

0,05 %

PHOTO KAREN OSBORN, FOURNIE PAR LE SMITHSONIAN

La peau de certains poissons qui vivent dans les profondeurs absorbe la quasi-totalité de la lumière qui les atteint.

C’est la proportion de lumière réfléchie par la peau de certains poissons qui vivent dans les profondeurs des océans, ce qui en fait les matériaux parmi les plus noirs que l’on connaisse. Dans la revue Current Biology, des chercheurs montrent que cette absorption exceptionnelle de la lumière s’explique par un arrangement de « granules remplies de pigments ». La découverte pourrait permettre de concevoir de nouveaux matériaux pour le camouflage ou pour la confection de télescopes et de caméras.

La Lune plus métallique que prévu

PHOTO FOURNIE PAR LA NASA

La Lune contiendrait plus de métaux qu’on ne le pensait sous sa surface.

La Lune pourrait contenir plus de fer et de titane qu’on ne le pensait, selon des analyses effectuées par le vaisseau Luna Reconnaissance Orbiter de la NASA. En braquant ses instruments radars vers notre satellite naturel, l’orbiteur a permis aux chercheurs de découvrir que les cratères lunaires les plus grands conduisent mieux l’électricité que les plus petits, ce qui laisse croire qu’ils contiennent plus de métaux. A priori, une telle distribution inégale est difficile à expliquer. Mais les scientifiques font l’hypothèse que les cratères les plus gros ont été formés par des météores plus massifs qui ont creusé plus profondément sous la surface. Ils croient donc que sous une couche superficielle, la Lune serait plus métallique qu’on ne le pensait. La découverte pourrait aider à comprendre l’origine de la Lune, qu’on croit formée par une collision entre un objet extrêmement massif et la Terre alors que celle-ci était encore jeune. Les travaux ont été décrits dans Earth and Planetary Science Letters.

Construire avec du CO2

PHOTO GABRIEL FALZONE, FOURNIE PAR L’UCLA

Des chercheurs de l’UCLA vont tenter de transformer le CO2 en matériaux de construction.

Que faire avec tout le CO2 que l’être humain rejette dans l’atmosphère ? Des chercheurs de l’Université de la Californie à Los Angeles (UCLA) viennent de recevoir une subvention du département américain de l’Énergie pour tenter de le transformer en matériaux de construction. Le groupe a déjà trouvé une façon d’inclure les gaz d’émission produits par les centrales thermiques et certaines usines dans du ciment baptisé « CO2 Concrete ». Le procédé permettrait de recycler le CO2 contenu dans ces gaz d’émission, mais aussi de réduire la production de ciment traditionnelle, qui compte pour 8 % des émissions mondiales.