(Montréal) Des chercheurs de la région de Montréal annoncent vendredi qu’ils sont en mesure de proposer un service d’impression 3D de matériel médical et non médical dont le personnel soignant a besoin pour affronter la crise de la COVID-19.

La Presse canadienne

L’initiative vise à arrimer les besoins en matériel du milieu hospitalier aux infrastructures d’impression 3D existantes.

L’équipe de chercheurs crée des prototypes et imprime du matériel ainsi que des équipements de protection pour pallier les besoins hospitaliers jusqu’à ce que les fournisseurs habituels puissent subvenir à la demande.

L’objectif est de fabriquer rapidement des visières, des écouvillons utilisés pour dépister la COVID-19, des adaptateurs pour des filtres de masques de protection et pour des connexions aux respirateurs, ainsi que des tentes de protection pour la chirurgie.

La mobilisation de cette équipe a déjà permis la livraison de 1000 visières au personnel soignant du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Jacques A. de Guise, chercheur et professeur à l’École de technologie supérieure (ÉTS), affirme que l’équipe est actuellement en mesure de concevoir un minimum de 500 visières par jour, dans le respect des recommandations de Santé Canada pour la production du matériel.

La capacité de production pourrait s’accroître au fil des jours avec la collaboration de partenaires ainsi que celle de citoyens et d’étudiants possédant des imprimantes 3D. Une cinquantaine d’entre eux appuient déjà l’équipe sur une base volontaire.

Des liens ont été avec le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec afin de bien répondre aux besoins du réseau hospitalier pendant la lutte au nouveau coronavirus.

Les chercheurs impliqués dans cette initiative proviennent de l’ÉTS, du Centre de recherche du CHUM de même que des équipes cliniques du CHUM et du CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal.