Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

Les perroquets maîtrisent les probabilités

Surprise : les perroquets sont plus intelligents qu’on ne le croyait et surpassent même les singes dans certaines tâches. Des chercheurs ont mené des expériences sur des kéas, des perroquets de Nouvelle-Zélande. Ils ont présenté deux poings fermés aux oiseaux et les ont entraînés à en pointer un du bec. Si l’oiseau choisissait une main renfermant une pièce noire, il obtenait une récompense. Si la main contenait plutôt une pièce orange, l’oiseau n’avait rien. Signe d’intelligence, les oiseaux portaient attention aux pots dans lesquels les chercheurs pigeaient leurs pièces et choisissaient plus souvent des mains qui avaient pigé dans des pots contenant plus de pièces noires que de pièces orange. Quand deux chercheurs présentaient chacun une main aux oiseaux, ceux-ci pointaient la main du chercheur qui leur avait fourni plus de pièces noires par le passé. Les recherches ont été publiées dans Nature Communications.

Quiz science

Q. Qu’ont trouvé des chercheurs dans cette pièce d’ambre ?

PHOTO JONAS BARTHEL

Le pied avant d’un lézard qui y est fossilisé dans l’ambre

R. Le pied avant d’un lézard, qui y est fossilisé depuis au moins 15 millions d’années. On trouve fréquemment des insectes fossilisés dans l’ambre, qui est de la résine de conifère elle-même fossilisée, mais il est rare d’y découvrir des vertébrés. Même si la forme du pied est parfaitement préservée, la structure osseuse est dégradée. Dans un article publié dans PLOS One, les chercheurs expliquent que la découverte permettra de mieux comprendre les mécanismes de préservation de l’ambre.

1/3

C’est la proportion des émissions de poussière mondiales qui vient de l’Arabie saoudite. En analysant des données satellites, des chercheurs saoudiens ont montré qu’en absorbant et en réfléchissant les radiations du Soleil, ces poussières ont un important effet refroidissant sur la région. L’effet est particulièrement important sur la mer Rouge, au point où il serait le plus important du genre sur Terre. Les travaux ont été publiés dans le Journal of Geographical Research.

PHOTO KING ABDULLAH UNIVERSITY OF SCIENCE AND TECHNOLOGY (KAUST)

En absorbant et en réfléchissant les radiations du Soleil, les poussières qui viennent de l’Arabie saoudite ont un important effet refroidissant sur la région.

Un sablier cosmique

Cette photo prise par l’Observatoire Gemini montre la mort d’une étoile appelée géante rouge. En propulsant dans l’espace les couches extérieures qui la formaient, l’étoile a formé ce qui ressemble à un sablier. La région bleue, appelée nébuleuse planétaire, est l’une des plus grandes jamais observées et est constituée de gaz qui brillent en raison de leur haute température. Elle se situe à environ 6500 années-lumière de nous.

PHOTO THE INTERNATIONAL GEMINI OBSERVATORY/NSF’S NATIONAL OPTICAL-INFRARED ASTRONOMY RESEARCH LABORATORY/AURA

Cette photo prise par l’Observatoire Gemini montre la mort d’une étoile appelée géante rouge.

Quand les papillons de nuit surpassent les ingénieurs

Les hétérocères, des papillons de nuit, surpassent les ingénieurs dans le domaine de la réduction du bruit. Des chercheurs britanniques ont montré que les ailes des papillons contiennent des écailles capables d’absorber jusqu’à 85 % de l’énergie sonore qu’elles reçoivent. Cette caractéristique permet aux papillons d’échapper aux chauves-souris, qui utilisent l’écholocalisation pour les repérer et les manger. « Nous avons été stupéfaits de découvrir que ces insectes extraordinaires peuvent atteindre les mêmes niveaux d’absorption que les absorbeurs de son actuellement commercialisés, mais avec des structures beaucoup plus minces et légères », a commenté Thomas Neil, de l’Université de Bristol, dans un communiqué publié par l’institution. La recherche, qui pourrait inspirer les ingénieurs, a été publiée dans Royal Society Interface Today.

PHOTO THOMAS R. NEIL

Des chercheurs britanniques ont montré que les ailes des hétérocères, des papillons de nuit, contiennent des écailles capables d’absorber jusqu’à 85 % de l’énergie sonore qu’elles reçoivent.