(Beijing) Trois chercheurs chinois ont été condamnés pour avoir pratiqué la médecine illégalement en raison de leur implication dans la naissance de bébés génétiquement modifiés, rapportent lundi des médias locaux.

Associated Press

L’agence de presse officielle Xinhua précise que le chercheur principal He Jiankui a été condamné à trois ans de prison, en plus d’écoper d’une amende de 3 millions de yuans, soit l’équivalent de plus de 560 000 $.

Deux autres chercheurs, Zhang Renli et Qin Jinzhou, se sont également vu infliger des peines, toutefois moins sévères.

M. He avait prétendu, il y a un peu plus d’un an, avoir contribué à mettre au monde les premiers bébés génétiquement modifiés de l’histoire. Il disait avoir altéré l’ADN de jumelles, nées en novembre 2018, pour tenter de les rendre résistantes à une éventuelle infection par le virus du sida.

L’annonce controversée avait alimenté un débat international sur les questions d’éthique entourant l’édition génomique.

Le chercheur aurait également été impliqué dans la naissance d’un troisième bébé génétiquement modifié.